Revue philosophique de la France et de l'étranger: paraissant tous les mois, Volume 50 (Google eBook)

Front Cover
Presses universitaires de France [etc., 1876]-19, 1900 - Philosophy
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 239 - Que l'homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté; qu'il éloigne sa vue des objets bas qui l'environnent. Qu'il regarde cette éclatante lumière, mise comme une lampe éternelle pour éclairer l'univers; que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu'il s'étonna de ce que ce vaste tour lui-même n'est qu'une pointe très délicate à l'égard de celui que les astres qui roulent dans le firmament embrassent.
Page 239 - Nous avons beau enfler nos conceptions au delà des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. C'est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.
Page 227 - Cette impuissance ne doit donc servir qu'à humilier la raison, qui voudrait juger de tout, mais non pas à combattre notre certitude, comme s'il n'y avait que la raison capable de nous instruire. Plût à Dieu que nous n'en eussions au contraire jamais besoin, et que nous connussions toutes choses par instinct et par sentiment...
Page 234 - Pesons le gain et la perte, en prenant croix, que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout; si vous perdez, vous ne perdez rien.
Page 449 - Regrettez-vous le temps où d'un siècle barbare Naquit un siècle d'or, plus fertile et plus beau ? Où le vieil univers fendit avec Lazare De son front rajeuni la pierre du tombeau...
Page 242 - Vous voulez aller à la foi, et vous n'en savez pas le chemin ; vous voulez vous guérir de l'infidélité, et vous en demandez le remède : apprenez de ceux qui ont été liés comme vous, et qui parient maintenant tout leur bien ; ce sont gens qui savent ce chemin que vous voudriez suivre , et guérir d'un mal dont vous voulez guérir.
Page 151 - Un homme ñans un cachot , ne sachant si son arrêt est donné, n'ayant plus qu'une heure pour l'apprendre, cette heure suffisant , s'il sait qu'il est donné , pour le faire révoquer, il est contre la, nature qu'il emploie cette heure-là, non à s'informer si l'arrêt est donné, mais à jouer an piquet'.
Page 236 - Cela est tout parti: partout où est l'infini, et où il n'ya pas infinité de hasards de perte contre celui de gain, il n'ya point à balancer, il faut tout donner.
Page 236 - ... l'incertitude de ce qu'on gagnera égale le bien fini, qu'on expose certainement, à l'infini, qui est incertain. Cela n'est pas ainsi; tout joueur hasarde avec certitude pour gagner avec incertitude*, et néanmoins il hasarde certainement le fini pour gagner incertainement le fini, sans pécher contre la raison.
Page 158 - Que si ta main ou ton pied te fait tomber dans le péché, coupe-les et jette-les loin de toi; car il vaut mieux que tu entres boiteux ou manchot dans la vie , que d'avoir deux pieds ou deux mains et d'être jeté dans le feu éternel.

Bibliographic information