La langue française: 2e pte (Google eBook)

Front Cover
W. R. Jenkins, 1887
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 210 - Hollande et du Rhin. Dénués de tout, vous avez suppléé à tout. Vous avez gagné des batailles sans canons, passé des rivières sans ponts, fait des marches forcées sans souliers, bivouaqué sans eau-de-vie et souvent sans pain.
Page 91 - Parle sans t'émouvoir. Je suis jeune, il est vrai : mais aux âmes bien nées La valeur n'attend point le nombre des années.
Page 142 - J'aime à voir comme vous l'instruisez. Enfin, Eliacin, vous avez su me plaire ; Vous n'êtes point, sans doute, un enfant ordinaire. Vous voyez, je suis Reine, et n'ai point d'héritier ; Laissez là cet habit, quittez ce vil métier ; Je veux vous faire part de toutes mes richesses, Essayez dès ce jour l'effet de mes promesses.
Page 218 - Saint-Bernard , monté sur un mulet , revêtu de cette enveloppe grise qu'il a toujours portée , conduit par un guide du pays , montrant dans les passages difficiles la distraction d'un esprit occupé ailleurs , entretenant les officiers répandus sur la route, et puis , par intervalles, interrogeant le conducteur qui l'accompagnait, se faisant conter sa vie, ses plaisirs , ses peines, comme un voyageur oisif qui n'a pas mieux à faire. Ce conducteur, qui était tout jeune , lui exposa naïvement...
Page 281 - Books marked (*) were published during 1897. FRENCH. Attention is called to the following series. They are of great value to the student as well as to the general reader of French. The romances and plays are interesting as stories, representative of the authors, of high literary value and pure in morality. They are tastefully printed, cheap and suitable for the class-room or library. Many have notes in English.
Page 229 - Mon époux en mourant m'a laissé ses lumières, Son sang dont tes bourreaux viennent de me couvrir M'a dessillé les yeux, et me les vient d'ouvrir. Je vois, je sais, je crois, je suis désabusée, De ce bienheureux sang tu me vois baptisée, Je suis chrétienne enfin, n'est-ce point assez dit?
Page 151 - Faire avancer ses gens et hâter la victoire. La mouche, en ce commun besoin, Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ; Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire. Le moine disait son bréviaire...
Page 139 - J'ai nom Êliacin. ATHALIE Votre père? JOAS Je suis, dit-on, un orphelin Entre les bras de Dieu jeté dès ma naissance, Et qui de mes parents n'eus jamais connaissance.
Page 75 - La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ; On a beau la prier, La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Est sujet à ses lois; Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend point nos Rois. De murmurer contre elle et perdre patience II est mal à propos ; Vouloir ce que Dieu veut est la seule science Qui nous met en repos.
Page 141 - J'entends chanter de Dieu les grandeurs infinies, Je vois l'ordre pompeux de ses cérémonies. ATHALIE. Eh quoi ! vous n'avez point de passe-temps plus doux?

Bibliographic information