Le relèvement national: L'esprit moderne (Google eBook)

Front Cover
Perin et cie, 1903 - France - 405 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 54 - Il ne sert de rien de répondre : au delà sont des espaces, des temps ou des grandeurs sans limites. Nul ne comprend ces paroles. Celui qui proclame l'existence de l'infini, et personne ne peut y échapper, accumule dans cette affirmation plus de surnaturel qu'il n'y en a dans tous les miracles de toutes les religions ; car la notion de l'infini a ce double caractère de s'imposer et d'être incompréhensible.
Page 207 - Les abeilles pillotent deçà delà les fleurs ; mais elles en font après le miel, qui est tout leur; ce n'est plus thym, ni marjolaine...
Page 104 - Heureux celui qui porte en soi un Dieu, un idéal de beauté, et qui lui obéit. Idéal de l'art, idéal de la science, idéal de la patrie, idéal des vertus de l'Evangile.
Page 123 - A part quelques faits isolés, nous avons vainement cherché, « dans la Normandie , les traces de cet antagonisme qui , suivant « des auteurs modernes, régnait entre les différentes classes de « la société du moyen âge. Les rapports des seigneurs avec leurs « hommes n'y sont point entachés de ce caractère de violence et « d'arbitraire avec lequel on se plait trop souvent à les décrire.
Page 273 - Bismarck déclara un jour au Reichstag, que tous ses efforts après Sadowa avaient visé à faire le silence en France sur l'armement de la Prusse et à nous inspirer une fausse sécurité. Une fois le moment venu, ajoutait-il, je n'ai eu qu'à supprimer les subventions à certains journaux français ; « ils sont redevenus du coup patriotes ; » ils ont prêché la guerre et m'ont aidé à la faire éclater...
Page 202 - A la vérité, nous veoyons encores qu'il n'est rien si gentil que les petits enfants en France; mais ordinairement ils trompent l'espérance qu'on en a conceue ; et hommes faicts, on n'y veoid aulcune excellence...
Page 53 - L'esprit humain poussé par une force invincible ne cessera jamais de se demander: Qu'y at-il au delà? Veut-il s'arrêter soit dans le temps, soit dans l'espace? Comme le point où il s'arrête n'est qu'une grandeur finie, plus grande seulement que toutes celles qui l'ont précédée, à peine commence-t-il à l'envisager que revient l'implacable question et toujours sans qu'il puisse faire...
Page 208 - Qui demanda jamais à son disciple ce qu'il lui semble de la rhétorique et de la grammaire, de telle ou telle sentence de Cicéron? On nous les plaque en la mémoire toutes empennées, comme des oracles où les lettres et les syllabes sont de la substance de la chose.
Page 316 - Si cette éducation n'était qu'inutile, on pourrait se borner à plaindre les malheureux enfants... mais elle présente un danger beaucoup plus sérieux. Elle donne à celui qui l'a reçue un dégoût violent de la condition où il est né, et l'intense désir d'en sortir. L'ouvrier ne veut plus rester ouvrier, le paysan ne veut plus être paysan, et le dernier des bourgeois ne voit pour ses fils d'autre carrière possible que les fonctions salariées par l'État.
Page 54 - La notion de l'infini dans le monde, j'en vois partout l'inévitable expression. Par elle, le surnaturel est au fond de tous les cœurs. L'idée de Dieu est une forme de l'idée de l'infini. Tant que le mystère de l'infini pèsera sur la pensée humaine, des temples seront élevés au culte de l'infini, que le Dieu s'appelle Brahma, Allah, Jéhova ou Jésus.

Bibliographic information