Le songe d'enfer, suivi de La voie de paradis: poèmes du XIIIe siècle précédés d'une notice historique et critique et suivis de notes bibliographiques et d'éclaircissements (Google eBook)

Front Cover
E. Sansot, 1908 - 235 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - De Foi-Mentie est mestre et sire. Cortois estoit et debonère ; Durement me plot son afère. O lui me retint au disner : Après sans longues demorer, Vint mes ostes a moi enquerre , Comment Tolirs en ceste terre, Uns siens filleus se maintenoit, Et comment il se contenoit Contre Doner ; itant m'enquist Et de ce que il me requist Respondi voir, quar je li dis Que Doners ert las et mendis , Povres et nus et en destrece Qui soloit avoir l'ainsnëece.
Page 212 - Conquerre pris par son escu (p. 171). Avant de raconter le poème, je ne peux mieux faire que d'en exprimer le caractère par les paroles de M. Michelant : « Lorsque Raoul écrivit Méraugis, les récits de la Table ronde, soit en vers, soit en prose, avaient rejeté au second plan toutes les productions ne se rattachant pas à ce cycle, qui réalisait d'une façon si merveilleuse l'idéal de la chevalerie errante. Rien n'était plus naturel...
Page 91 - Qu'en Enfer ot leenz escrit Uns mestres qui mist en escrit Les droiz le roi et les forfez, Les fols vices et les fols fez C'on fet et tout le mal afere 620 Dont li rois doit justice fere.
Page 53 - Sé le voir li savoie espondre : Et je, qui tost li voil respondre , Li dis de son voloir .1. pou. Que Tricherie est en Poitou Justice , Dame et Viscontesse , Et a por prendre sa promesse En Poitou , si com nous dison , Formé chastel de trahison , Trop haut, le plus divers du monde.
Page 93 - I est escrit, je l' sai de voir, Oublié ne voudroie avoir Ce que je vi enz a nul fuer. Je reting du livre par cuer Les nous et les fais et les dis Dont je cuit encore biaus dis Dire sanz espargnier nului.
Page 86 - Tel que parler n'oïstes mes De nule tel viande a cort, Quar c'est uns mes qui pas ne cort Aus cors, ne pas n'en sont aprises, Quar li queu ont les langues prises Des pledeors, et tretes fors Des gueules, et si les ont lors Frites el tort qu'il font del droit. La ont les langues del tort droit Et de lor faussetez mérites, Quar ainçois qu'eles soient frites Ne traînées par le feu, .1.
Page 213 - la plupart des monuments littéraires du temps, ces poèmes ne nous » sont parvenus que défigurés par la plume des copistes, toujours » enclins à substituer, dans les textes qu'ils transcrivaient, des formes » d'orthographe locale qui y jettent une fâcheuse bigarrure, et que » les éditeurs ne peuvent pas toujours corriger. Mais lorsque l'étude » de notre vieille langue aura fait assez de progrès pour qu'on n'hésite » pas à publier des éditions critiques, il nous semble que Raoul...
Page 22 - S'il ne met s'estude en tel conte Qui touz jours soit bon à retraire; Car joie est de bon œvre faire De matire qui touz jours dure.
Page 92 - Eu cel livre , qui estoit tels , Les vies des fols ménestrels En un quaier toutes escrites. Et li Rois dist : — Ice me distes ; Quarci me plest malt à oïr.
Page 201 - C'est ainsi qu'elle exploita contre la couronne , la secte des Albigeois. Ce schisme ne prit d'importance et n'exposa ses partisans à de rigoureuses persécutions que lorsque les comtes de Toulouse et de Foix se mirent à la tête d'une population exaltée et voulurent relever leur indépendance à l'aide de ces soldats fanatisés : et lorsque dans cette déplorable guerre Louis VIT!

Bibliographic information