Études sur les glaciers (Google eBook)

Front Cover
Jent et Gassmann, 1840 - Glaciers - 346 pages
2 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 309 - La tête était couverte d'une peau sèche. Une des oreilles, bien conservée, était garnie d'une touffe de crins : on distinguait encore la prunelle de l'œil. Le cerveau se trouvait dans le crâne, mais desséché; la lèvre inférieure avait été rongée, et la lèvre supérieure détruite laissait voir les mâchelières.
Page 309 - Des baies féroces en avaient aussi mangé ; cependant le squelette se trouvait encore entier, à l'exception d'un pied de devant. L'épine du dos , une omoplate , le bassin et les restes des trois extrémités étaient encore réunis par les ligaments et par une portion de la peau.
Page 308 - L'année d'après il s'aperçut que cette masse était un peu plus dégagée , mais ne devinait point encore ce que ce pouvait être. Vers la fin de l'été suivant, le flanc tout entier de l'animal et une des défenses étaient distinctement sortis des glaçons. Ce ne fut que la cinquième année que les glaces ayant fondu plus vite que de coutume , cette masse énorme vint échouer à la côte sur un banc de sable. Au mois de mars 1 8o4 , le pêcheur enleva les défenses , dont il se défit pour...
Page 309 - ... transporter. On retira, selon M. Adams, plus de trente livres pesant de poils et de crins, que les ours blancs avaient enfoncés dans le sol humide , en dévorant les chairs.
Page 308 - En 1799, un pêcheur tongouse remarqua, sur les bords de la mer Glaciale, près de l'embouchure de la Lena, au milieu des glaçons, un bloc informe qu'il ne put reconnaître. L'année d'après il s'aperçut que cette masse était un peu plus dégagée ; mais il ne devinait pas encore ce que cela pouvait être.
Page 153 - ce rocher pourraient bien le pousser et le faire rouler sur nous. » A peine l'avions-nous dépassé, qu'il commença à s'ébranler; il glissa d'abord assez lentement sur les débris qui lui servaient de base ; puis il s'abattit sur sa face antérieure, puis sur une autre; peu à peu il se mit à rouler, et la pente devenant plus rapide, il commença à faire des bonds, d'abord petits et bientôt immenses : on voyait à chaque bond jaillir des éclats et du bloc même, et des rochers sur lesquels...
Page 311 - Mais quelle qu'ait été cette cause , elle a dû être « subite. « Les os et l'ivoire , si parfaitement conservés dans « les plaines de la Sibérie, ne le sont que par le froid « qui les y congèle, ou qui en général arrête l'action « des élémens sur eux. Si ce froid...
Page 80 - L'autre guide qui nous précédait d'un ou deux pas, et qui ne s'était point enfoncé, demeura fixe dans la place où il se trouvait : Pierre, sans sortir non plus de sa place, lui cria de tâcher de reconnaître de quel côté courait la fente et dans quel sens était sa moindre largeur ; mais il s'interrompait à chaque instant pour me recommander de ne faire aucun mouvement. Je lui protestai que je resterais parfaitement immobile, que j'étais absolument calme, et qu'il n'avait qu'à faire comme...
Page 301 - Observations sur les traces de glaciers qui, à une époque reculée, paraissent avoir recouvert la chaîne des Vosges, et sur les phénomènes géologiques qu'ils ont pu produire.
Page 309 - L'animal était mâle ; ses défenses étaient longues de plus de neuf pieds en suivant les courbures , et sa tête, sans les défenses, pesait plus de quatre cents livres. « M. Adams mit le plus grand soin à recueillir ce qui restait de cet échantillon unique d'une ancienne création ; il racheta ensuite les défenses à Iakoutsk.

Bibliographic information