Les aventures de Télémaque: fils d'Ulysse (Google eBook)

Front Cover
Berard & Mondon, 1824 - French fiction - 426 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 79 - II peut tout sur les peuples; mais les lois peuvent tout sur lui. Il a une puissance absolue pour faire le bien, et les mains liées dès qu'il veut faire le mal. Les lois lui confient les peuples comme le plus précieux de tous les dépôts, à condition qu'il sera le père de ses sujets.
Page 9 - Télémaque ; c'est un des rois qui ont , après un siège de dix ans , renversé la fameuse Troie. Son nom fut célèbre dans toute la Grèce çt dans toute l'Asie, par sa valeur dans les combats , et plus encore par sa sagesse dans les conseils. Maintenant , errant dans toute l'étendue des mers , il parcourt tous les écueils les plus terribles : sa patrie semble fuir devant lui.
Page 357 - Comme elle ne cessait de pleurer nuit et jour . les dieux , touchés de ses regrets , et pressés par les prières du fleuve , mirent fin à sa douleur. A force de verser des larmes...
Page 300 - Le genre humain ne saurait les remplir. Quoi donc ! Une fausse gloire, un vain titre de conquérant, qu'un prince veut acquérir, allume la guerre dans des pays immenses ! Ainsi un seul homme, donné au monde par la colère des dieux...
Page 154 - Vénus avec tendresse, il répandit une odeur d'ambroisie dont tout l'Olympe fut parfumé. La déesse ne put s'empêcher d'être sensible à cette caresse du plus grand des dieux : malgré ses larmes et sa douleur, on vit la joie se répandre sur son visage ; elle baissa son voile pour cacher la rougeur de ses joues, et l'embarras où elle se trouvait.
Page 377 - J'ai abandonné Ithaque pour le chercher; je ne puis revoir maintenant ni Ithaque, ni lui : jugez par mes malheurs de la compassion que j'ai pour les vôtres. C'est l'avantage qu'il ya à être malheureux, qu'on sait compatir aux peines d'autrui. Quoique je ne sois...
Page 138 - Ixion tourne à jamais sa roue, où Tantale, brûlant de soif, ne peut avaler l'eau qui s'enfuit de ses lèvres, où Sisyphe roule inutilement un rocher qui retombe sans cesse, et où Titye sentira éternellement, dans ses entrailles toujours renaissantes, un vautour qui les ronge.
Page 67 - Toutes les colonnes du temple sont ornées de festons pendans; tous les vases qui servent aux sacrifices sont d'or ; un bois sacré de myrtes environne le bâtiment. Il n'ya que de jeunes garçons et de jeunes filles d'une rare beauté qui puissent présenter les victimes aux prêtres , et qui osent allumer le feu des autels. Mais l'impudence et la dissolution déshonorent un temple si magnifique.
Page 55 - II suffit, lui disais-je, que le mensonge soit mensonge, pour ne pas être digne d'un homme qui parle en présence des dieux, et qui doit tout à la vérité. Celui qui blesse la vérité offense les dieux , et se blesse soi-même ; car il parle contre sa conscience. Cessez, Narbal, de me proposer ce qui est indigne de vous et de moi. Si les dieux ont pitié de nous, ils sauront bien nous délivrer...
Page 49 - Les Phéniciens font le commerce de tous les peuples jusqu'au détroit de Gadès, et ils ont même pénétré dans le vaste océan qui environne toute la terre. Ils ont fait aussi de longues navigations sur la mer Rouge, et c'est par ce chemin qu'ils vont chercher, dans des îles inconnues, de l'or, des parfums et divers animaux qu'on ne voit point ailleurs.

Bibliographic information