Lettres sur le Christianisme de Mr. J.J. Rousseau, addressées à Mr. I.L (Google eBook)

Front Cover
E. Blanc, 1763 - 128 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - Quand Platon peint son juste imaginaire couvert de tout l'opprobre du crime, et digne de tous les prix de la vertu, il peint trait pour trait JésusChrist : la ressemblance est si frappante, que tous les Pères l'ont sentie, et qu'il n'est pas possible de s'y tromper.
Page 8 - Il inventa, dit-on, la morale; d'autres avant » lui l'avoient mise en pratique : il ne fit que » dire ce qu'ils avoient fait, il ne fit que mettre » en leçons leurs exemples. Aristide avoit été
Page 9 - Jéfus au milieu d'un fupplice affreux prie pour fes bourreaux acharnés. Oui, fi la vie & la mort de Socrate font d'un Sage, la vie & la mort de Jéfus font d'un Dieu.
Page 8 - Léo» nidas étoit mort pour fon pays avant » que Socrate eût fait un devoir d'aimer » la patrie ; Sparte étoit fobre avant que » Socrate eût loué la fobriété; avant qu'il » eût défini la vertu , la Grèce abondoit
Page 117 - Chose admirable ! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie, fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 8 - Léonidas étoit mort pour fon pays » avant que Socrate eut fait un devoir d'ai»mer la patrie; Sparte étoit fobre avant que » Socrate eût loué la fobriété : avant qu'il » eût défini la vertu , la Grece abondoit en
Page 7 - Ecritures m'étonne, la fainteté de l'Evangile parle à mon cœur. Voyez les livres des Philofophes avec toute leur pompe ; qu'ils font petits près de celui-là ! Se peut-il qu'un livre , à la fois fi fublime & fi fimple, foit l'ouvrage des hommes? Se peut-il que celui dont il fait l'hiftoire ne foit qu'un homme lui-même ? Eft-ce-là le ton d'un enthoufiafte ou d'un ambitieux fectaire?
Page 7 - Jufte imaginaire , couvert de tout l'opprobre du crime , & digne de tous les prix de la vertu , il peint trait pour trait...
Page 88 - Citoyens infiniment éclairés fur leurs devoirs , & qui auroient un très grand zélé pour les remplir ; ils fentiroient trèsbien les droits de la défenfe naturelle ; plus ils croiroient devoir à la Religion , plus ils penferoient devoir à la Patrie. Les principes du Chriftianifme bien gravés dans le cœur , feroient infiniment plus forts que ce faux honneur des Monarchies , ces vertus humaines des Républiques , & cette crainte fervile des Etats defpotiques.
Page 9 - Au fond c'eft reculer la difficulté fans la détruire; il feroit plus inconcevable que plufieurs hommes d'accord euflent fabriqué ce livre , qu'il ne l'eft qu'un feul en ait fourni le fujet.

Bibliographic information