Histoire de la querelle des anciens et des modernes (Google eBook)

Front Cover
L. Hachette et cie., 1856 - Classical literature - 490 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Common terms and phrases

Popular passages

Page 53 - sont les plus éloignés? Ceux que nous appelons anciens étaient véritablement nouveaux en toutes choses et formaient l'enfance des hommes proprement; et comme nous avons joint à leurs connaissances l'expérience des siècles qui les ont suivis , c'est en nous que l'on peut trouver cette antiquité que nous révérons dans les autres 1.
Page 53 - toujours et qui apprend continuellement; d'où l'on voit avec combien d'injustice nous respectons l'antiquité dans sa philosophie; car, comme la vieillesse est l'âge le plus distant de l'enfance, qui ne voit que la vieillesse dans cet homme universel ne doit pas être cherchée dans les temps proches de sa naissance, mais dans ceux qui
Page 141 - commençait ainsi : La belle antiquité fut toujours vénérable, Mais je ne crus jamais qu'elle fût adorable. Je vois les anciens sans plier les genoux : Ils sont grands, il est vrai, mais hommes comme nous; Et l'on peut comparer, sans crainte d'être injuste, Le siècle de Louis au beau siècle d'Auguste. Perrault, après
Page 268 - Boileau était trop sincère pour affecter plus de regrets qu'il n'en sentit. Il ne s'exposa pas, par une ostentation de chagrin, à ce qu'on lui appliquât les vers de Corneille : 0 soupirs! ô regrets! Oh! qu'il est doux de plaindre Le sort d'un ennemi quand il n'est plus à craindre! Interrogé par
Page 53 - Mais de tous les écrivains qui se sont tour à tour essayés sur cette grande idée, celui qui lui a donné l'expression la plus complète et la plus éloquente, c'est Pascal, dans cette page admirable de ses Pensées. « Les hommes sont aujourd'hui en quelque sorte dans le même état où se trouveraient les anciens philosophes,
Page 149 - mais elle se trouve dans celle de 1701. En voici une seconde : J'ai traité de Topinambous Tous ces beaux censeurs, je l'avoue , Qui de l'antiquité si follement jaloux, Aiment tout ce qu'on hait, blâment tout ce qu'on loue: Et l'Académie, entre nous, Souffrant chez soi de si grands fous, Me semble un peu topinamboue.
Page 97 - 11 n'eût point de son livre illustré l'Italie, Si son sage héros, toujours en oraison, N'eût fait que mettre enfin Satan à la raison, Et si Renaud, Argant, Tancrède et sa maîtresse N'eussent de son sujet égayé la tristesse. Les
Page 152 - composée, à deux ou trois hommes près, que de gens du plus vulgaire mérite, et qui ne sont grands que dans leur propre imagination. C'est tout dire qu'on y opine du bonnet contre Homère et contre Virgile, et surtout contre le bon sens, comme contre un ancien, beaucoup plus ancien qu'Homère et que Virgile 1
Page 147 - me laisse tout seul admirer leurs attraits. Térence est dans mes mains; je m'instruis dans Horace; Homère et son rival sont mes dieux du Parnasse. Je le dis aux rochers; on veut d'autres discours : Ne pas louer son siècle est parler à des sourds; Je le loue, et je sais qu'il n'est pas sans mérite; Mais près de ces grands noms
Page 167 - une certaine pâte qui est toujours la même, qu'elle tourne et retourne sans cesse en mille façons, et dont elle forme les hommes, les animaux, les plantes, et certainement elle n'a point formé Platon, Démosthène, ni Homère d'une argile plus fine ni mieux préparée que nos philosophes, nos orateurs, et nos

Bibliographic information