Anecdotes dramatiques ... (Google eBook)

Front Cover
La veuve Duchesne, 1775 - French drama
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 147 - Depuis cinq ans entiers chaque jour je la vois, Et crois toujours la voir pour la première fois.
Page 457 - Un Prêtre , environné d'une foule cruelle , Portera fur ma fille une main criminelle ; Déchirera fon fein , & , d'un œil curieux , Dans fon cœur palpitant confultera les Dieux ! Un des Auditeurs a raconté à M. Racine fils...
Page 202 - Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées La valeur n'attend pas le nombre des années.
Page 116 - Paris commença la méthode De ces sifflets qui sont tant à la mode. « Ce fut, dit l'un, aux pièces de Boyer. » Gens pour Pradon voulurent parier. « Non, dit l'acteur; je sais toute l'histoire, Que par degrés je vais vous débrouiller : Boyer apprit au parterre à bâiller; Quant à Pradon, si j'ai bonne mémoire, Pommes sur lui volèrent largement ; Mais quand sifflets prirent commencement.
Page 197 - En vain contre le Cid un ministre se ligue : Tout Paris pour Chimène a les yeux de Rodrigue. L'Académie en corps a beau le censurer : Le public révolté s'obstine à l'admirer.
Page 155 - de votre pièce à la première représentation, parce que j'ai « appréhendé d'être séduit par la manière dont elle avoit été « représentée; mais, en vérité, Molière, vous n'avez encore rien « fait qui m'ait plus diverti, et votre pièce est excellente.
Page 285 - En vain mille jaloux esprits, Molière, osent avec mépris Censurer ton plus bel ouvrage ; Sa charmante naïveté S'en va pour jamais d'âge en âge Divertir la postérité.
Page 117 - Celui d'Aspasie, qui en étoit l'un, lui plut infiniment; mais après lui avoir donné mille louanges, il ajouta « que celui-là seul qui avoit été capable de l'inventer seroit capable de le traiter dignement,
Page 320 - Meffieurs , il me revient de tous côtés qu'on trouve que le principal caractère de la Pièce que vous venez de voir , n'eft point dans la vraifemblance qu'exigé le Théâtre. Tout ce que je puis avoir l'honneur de vous aflurer , c'eft qu'il m'a rallu beaucoup diminuer de la vérité pour le rendre tel que je l'ai repréfenté.
Page 355 - Defpréaux des injures les plus grofiîeres , & lui imputa des crimes imaginaires , comme de ne reconnoître ni Dieu ,ni Foi , ni Loi. Il s'avifa encore , malheureufement pour lui , de faire entrer Molière dans cette difpute , & ne l'épargna pas , non plus que Defpréaux.

Bibliographic information