OEuvres completes, Volume 3 (Google eBook)

Front Cover
A. Lemerre, 1874
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 24 - L'amitié, la douceur, les grâces, la fierté, Les faveurs, les ennuys, l'aise et la cruauté, Et les chastes amours de toy et ta Cassandre, Je ne veux à l'envy, pour sa niepce entreprendre D'en rechanter autant comme tu as chanté, Mais je veux comparer à beauté la beauté, Et mes feux à tes feux, et ma cendre à ta cendre.
Page 310 - Tu m'arroses du ciel, ingrat qui ne produis Qu'amers chardons au lieu de douces médecines. Prends Ta gaule, Seigneur, pour abattre ces fruits Et non pas la cognée à couper les racines. Use de châtiments, non de punition.
Page 146 - Je n'en ay que trop mangé! J'ay aidé, quoy que je die, A jouer la tragedie Des François par eux deffaitz: Page, soldat, homme d'armes J'ay tousjours porté les armes 108 Jusqu'à la septiesme paix.
Page 309 - Qui pourrait s'excuser, accusé par son Roi? Je m'accuserai donc, afin que tu m'excuses. Père plein de douceur, comme aussi juste Roi, Qui de Grâce et de Loi tiens en main les balances, Comment pourrai-je faire une paix avec toi, Qui ne puis seulement faire trêve aux offenses*? Je suis comme aux enfers par mes faits vicieux ; Je suis noir et sanglant par mes péchés; si ai-je* Les ailes de la foi pour revoler aux cieux, Et l'eau de Siloé*me blanchit comme neige.
Page 75 - Les cerfz craintifz, les ours et lézardes sauvages Trancheront leur repos pour ouïr mes chansons. Comme le feu cruel qui a mis en ruine Un palais, forcenant léger de lieu en lieu, Le malheur me dévore, et ainsi m'extermine Le brandon de l'amour, l'impitoiable Dieu.
Page 76 - Je mire en adorant dans une anathomye Le portrait de Diane, entre les os, afin Que voiant sa beauté ma fortune ennemie L'environne partout de ma cruelle fin : Dans le cors de la mort j'ay enfermé ma vie Et ma beauté paroist horrible dans les os.
Page 76 - Que ces champs ennemis du plaisir de mes yeux. ** Jamais le pied qui fit les premières aproches Dans le piège d'amour ne marchera aussi De carreau plus poly que ses hideuses roches Où a mon gré trop tost il s'est reendurcy.
Page 306 - Délivre-nous des vains mensonges, Et des illusions des faibles en la foi; Que le corps dorme en paix, que l'esprit veille à toi Pour ne veiller à songes.
Page 70 - Pour ces justes raisons, j'ay observé les cent : A moins de cent taureaux on ne fait cesser l'ire De Diane en courroux, et Diane retire Cent ans hors de l'enfer les corps sans monument.
Page 326 - Dieux, quelz traictz de cruauté! Le Ciel avoit mis en Jodelle Un esprit tout autre qu'humain '. La France lui nia le pain, Tant elle fut mère cruelle.

Bibliographic information