Description de Moscou, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
1835
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 219 - ... le nombre des voyageurs, l'on peut, sans crainte d'être interrompu, paisiblement causer dans les régions aériennes avec son compagnon ou sa compagne de voyage. Ces balançoires, dont les hauts et les bas ont tant de ressemblance avec les vicissitudes de la vie, lui ressemblent encore, en ce qu'après avoir décrit maint et maint cercle l'on se retrouve au point d'où l'on était parti. BIBLIOGRAPHIE Relation du Voyage d'Adam Ol''arins en Moscovie, Tartarie et Perse.
Page 220 - Dans l' après midi du samedi et du dimanche , les spectacles de Podnovinsky ne sont qu'un objet secondaire , et toute l'attention se porte sur le luxe des équipages qui défilent autour de la place. La promenade du premier mai est celle dont , à juste titre , Moscou se glorifie le plus. D'après sa dénomination (promenade à la station allemande) elle parait remonter au règne de Pierre le grand, et être une coutume introduite par la colonie de cette nation. Elle se fait dans un bois situé...
Page 219 - ... katchèles pour les personnes avides de sensations fortes qui les élèvent au-dessus du vulgaire. Le jeu de ces balançoires est d'un effet pittoresque; et quoique l'on n'y voie pas ordinairement, comme dans l'un des romans d'Auguste Lafontaine, une jeune beauté laissant tomber de son apogée une rose que reçoit habilement son amant qui se trouve au périgée, on a lieu d'admirer la sécurité avec laquelle de jeunes femmes se livrent aux caprices d'un tangage et d'un roulis, qui effrayeraient...
Page 88 - Selon le plus ou moins de capacité que montrent ces enfans pour l'étude, on les distribue dans les classes ou dans les ateliers. Les garçons se rendent dans une école , où ils apprennent le catéchisme , le russe , le latin , l'allemand et le français; l'histoire, la géographie, la physique et les mathématiques. A la fin de...
Page 218 - ... découvrir les clés de mystères qui nous intriguent. Pourquoi ce luxe effrayant et terriblement vain ? La vue et l'ouïe sont à la fois charmées et fatiguées par le murmure de la foule qui fourmille, par le jeu varié des couleurs, et par la circulation des équipages. Aux deux bouts de cette ville d'un moment sont des jeux de bague pour ceux qui bornent leur bonheur à décrire un cercle uniforme terre à terre, et des katchèles pour les personnes avides de sensations fortes qui les élèvent...
Page 221 - D'après sa dénomination (promenade à la station allemande) elle paraît remonter au règne de Pierre le grand, et être une coutume introduite par la colonie de cette nation. Elle se fait dans un bois situé près de la barrière de Sakolniki. Le bois peuplé d'arbres, parmi lesquels des témoins centenaires de la fête du premier mai, continuent de prêter leur ombre de génération en génération, offre ses dômes à la multitude qui vient y consommer un frugal repas. Vasilissa prend les assiettes...
Page 90 - ... n'a point de fils. Depuis l'année passée un nombre assez considérable de jeunes familles , composées d'élèves de la maison des enfans trouvés , ont été établies dans une terre achetée dans le gouvernement de Smolensk, pour y former une colonie.
Page 89 - Au nombre de ces derniers, sont désignés sous le nom d'an farts de ville, ceux qui sont élevés chez eux ; ils reçoivent une pension alimentaire proportionnée à leur âge, et si les parens le préfèrent, ils peuvent les placer dans la maison impériale d'éducation. Il se fait trois fois par mois des mises en nourrice, et lorsque les enfans ont atteint l'âge de dix-huit ans, on établit les garçons comme cultivateurs dans un village de la couronne. En i834, un nombre considérable de...
Page 218 - ... arrondiront et coloreront les visages. Les ménagères, avec une résignation, une accoutumance merveilleuses, font la queue, sans bousculade. A travers elles on doit surprendre de grands secrets, découvrir les clés de mystères qui nous intriguent. Pourquoi ce luxe effrayant et terriblement vain ? La vue et l'ouïe sont à la fois charmées et fatiguées par le murmure de la foule qui fourmille, par le jeu varié des couleurs, et par la circulation des équipages. Aux deux bouts de cette ville...
Page 225 - Le 49, au couvent de Donskoy. Cette promenade, qui se dirige vers un cimetière , présente quelque chose de religieux ; et quoique la plupart des personnes qui s'y rendent n'y soient amenées ordinairement que par l'espérance du plaisir, si elles sont entrées depuis...

Bibliographic information