Voyage au pays des singes (Google eBook)

Front Cover
C. Marpon et E. Flammarion, 1883 - Africa, French-speaking West - 283 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 65 - La différenciation plus complète du cerveau, son perfectionnement et celui de ses plus nobles fonctions, c'est-à-dire des facultés intellectuelles, marchèrent de pair et en s'influençant réciproquement avec leur manifestation parlée. C'est • donc à bon droit que les représentants les plus distingués de la philologie comparée considèrent le langage humain comme le pas le plus décisif qu'ait fait l'homme pour se séparer de ses ancêtres animaux.
Page 90 - ... sur les hauteurs très-escarpées ; il se plaît aussi sur les plateaux, quand le sol est parsemé de gros quartiers de rochers, dont il fait alors ses repaires favoris. Les cours d'eau abondent dans cette partie de l'Afrique, et j'ai remarqué que le gorille se trouve toujours dans leur voisinage. «C'est un animal vagabond et nomade, errant de place en place ; on ne le trouve guère deux jours de suite sur les mômes terrains.
Page 66 - Si nous ne pouvons admettre, sans tomber dans des conceptions métaphysiques et puériles, que la faculté du langage articulé ait été, un beau jour, acquise à l'homme sans cause, sans origine, ex nihilo, il nous faut bien accepter alors qu'elle est le fruit d'un développement progressif des organes. Cela suppose avant l'homme, avant l'être caractérisé par la faculté du langage articulé, un autre être en train d'acquérir cette faculté, c'est-à-dire en voie de devenir homme.
Page 89 - Je regrette d'être obligé de détruire d'agréables illusions, mais le gorille ne s'embusque pas sur les arbres de la route pour saisir avec ses griffes le voyageur sans défiance; il ne l'étouffe pas entre ses pieds comme dans un étau ; il n'attaque pas l'éléphant et ne l'assomme pas à coups de bâton; il n'enlève pas les femmes de leurs villages ; il ne se bâtit pas une cabane de branchages dans les forêts, et ne se couche pas sous un toit, comme on l'a rapporté avec tant d'assurance...
Page 88 - ... épaisses de l'Afrique, et de préférence dans les vallées profondes bien boisées ou sur les hauteurs très-escarpées. Il se plaît aussi sur les plateaux, .quand le sol est parsemé de gros quartiers de roches, dont il fait alors ses repaires favoris.
Page 88 - C'est un bonheur pour moi d'être le premier qui puisse parler du gorille en connaissance de cause, et si mon expérience et mes observations m'ont démontré que plusieurs des habitudes qu'on lui prête n'ont de fondement que dans l'imagination des Nègres ignorants et des voyageurs crédules, d'un autre côté, je suis à même de garantir qu'aucune description ne peut donner une idée trop forte de l'horreur qu'inspiré son aspect, la férocité de son attaque et de l'implacable méchanceté de...
Page 68 - La nature des choses pesantes est de tendre au » centre du monde; or, l'expérience nous fait voir que les choses » pesantes tendent au centre de la terre; donc le centre de la » terre est le centre du monde.
Page 75 - Mais la plus haute expression de l'unité dans l'espècer est la génération qui marque et mesure l'intervalle entre les types distincts. On ne voit point les espèces se mêler, se croiser indistinctement entre elles, on ne connaît point de suites intermédiaires indéfiniment, régulièrement fécondes; autant les espèces sont séparées et les types intermédiaires irréalisables, autant sont productives et faciles les unions entre...
Page 74 - L'influence des milieux implique le maintien des espèces, autant par leur flexibilité relative, et l'adaptation, en certaines limites, aux conditions d'existence, que par leur impuissance, à se transformer et à vivre dans des milieux différents. L'action de l'homme, variée, continue, profonde, s'arrête aux appareils de la vie extérieure; elle n'a jamais transformé les types, elle...

Bibliographic information