La terreur. Le directoire (Google eBook)

Front Cover
Auguste Wahlen et compagnie, 1823 - France
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Popular passages

Page 224 - J'ai prié un ami, M. Crétu, employé au ministère de la guerre, de faire toutes les recherches possibles pour savoir s'il ne découvrirait point sur les registres du temps quelque indice qui pût jeter du jour sur un fait si remarquable : ses soins ont été infructueux, ces registres sont muets.
Page 117 - B*****, pour voir le mal, fit couper, de bas en haut et des deux côtés, le pantalon jusqu'au-dessus des genoux qu'il trouva prodigieusement gonflés et d'une couleur livide. Il apprit que l'enfant ne dormait ni ne mangeait. Il ordonna que, sans perdre de temps, on fit venir un homme de l'art, afin de lui donner les TOME I.
Page 117 - L'enfant ne se prêta qu'à regret aux soins que l'on prit pour le mettre debout. Il ne fut pas plus tôt sur ses pieds, qu'il voulut s'étayer de son berceau où il se jeta la tête la première.
Page 34 - Bou arrivant de l'Inde avec des chemises de mousseline , et des idées de l'autre monde. Le caporal Violette , le chapeau sur l'oreille , les faces nouées, une jambe trop longue, un bras trop court , sentant sa poudre à canon d'une lieue, et qui vous eût sabré le Père Éternel lui-même s'il l'eût soupçonné d'aristocratie. On dit qu'il est encore de ce monde; que Dieu le redresse ! Le sieur Abel, tenant billard et café, hargneux lorsqu'il fallait amadouer le conventionnel More , proconsul...
Page 116 - Toutefois, le général vit un lit assez proprement arrangé, mais dont il paraissait que l'enfant ne faisait point usage. Ce qui frappa le plus le général, ce fut une petite couchette en forme de berceau qui était au milieu de la chambre. Dans cette couchette il n'y avait qu'un matelas sans draps, sur lequel le fils de Louis XVI était pelotonné ; ce berceau étant trop petit pour qu'il pût s'y étendre tout de son long. Ne s'étant point dérangé de sa position quand on était entré...
Page 150 - ... prenant à la lettre et outrant les maximes d'un philosophe dont il avait fait ses délices au sortir de l'enfance, il ne vit de bonheur pour l'homme qu'en le rapprochant de la nature, qu'en le reléguant sous le chaume ou dans les forêts. Pour y parvenir, il était besoin d'anéantir les lumières, le luxe, les arts, le commerce, les gens riches, d'exterminer enfin la moitié de la nation; et il marcha à cette extermination avec une imperturbable tranquillité. On pourrait douter que l'esprit...
Page 68 - ... invalide à qui nous donnions le logement, le bois, la chandelle et fort peu de gages. Ce fut chez lui que l'oncle, la nièce, le jeune homme, enfin la nichée, passa la première nuit. Le lendemain ce fut autre chose. Un capitaine de la Basoche doit s'entendre à griffonner un procès verbal ; celui-là fut rédigé de main de maître.
Page 71 - ... cruelle adresse à la Convention. Si jeune qu'il fût, sentant déjà son magistrat, M. Joub*** fut presque le seul à Villeneuve qui ne se fit pas recevoir de la société populaire. Mais vu le temps, et surtout le lieu où nous étions, cette réserve de sa part est-elle bien méritoire? Un honnête homme ne se doit d'exposer sa vie pour ses concitoyens que quand le sacrifice leur en peut être utile; lutter contre l'impossible est folie; mais quand cet honnête homme, soit seul, soit en se...
Page 71 - Que celui d entre vous qui est sans tache lui jette la première pierre. M. Joub***, aujourd'hui avocat général à la cour de cassation, fort jeune alors, et comme moi retiré à Villeneuve, m'a depuis reproché avec amitié, cette cruelle adresse à la Convention. Si jeune qu'il fût, sentant déjà son magistrat, M. Joub*** fut presque le seul à Villeneuve qui ne se fit pas recevoir de la société populaire. Mais vu le temps, et surtout le lieu où nous étions, cette réserve de sa part est-elle...
Page 126 - C'était en même temps de sonner le toc» sin, de proclamer la patrie en danger, d'invi» ter à prendre les armes tout ce qui était en » état de marcher , et de pousser cette masse » sur l'ennemi. Voilà l'origine des journées de » septembre ; elles produisirent ce qu'on s'en était » promis. » Comme Arthur s'oubliait à Orquevaux, il reçut une lettre de Robespierre , qui lui marquait qu'un grand coup allait être frappé , qu'il avait besoin de réunir ses amis, qu'il était urgent qu'il...

Bibliographic information