Annales des sciences naturelles: Zoologie et biologie animale (Google eBook)

Front Cover
Masson et cie, 1875 - Biology
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 138 - œufs sont de la grosseur de ceux de la Poule, et sont fort » bons à manger, et même nous servaient de savon pour laver. » L'ile aux Diamants, qui est au S. de la précédente. est à » peu près de la même forme, de la même grandeur et de la » même matière; il ya aussi des Fols dessus qui vivent de pois» sons. Il n'ya point de Tortues de terre sur les deux îles. » Les deux îles de sable qui sont au N. 0. de l'île couvrent » lors des grands coups de vent. excepté la grande, qui...
Page 13 - Pendant que l'hérédité travaille à maintenir les formes organiques dans la limite de leurs espèces, à faire que la descendance ressemble aux ancêtres, à produire des générations toujours frappées à la même effigie, la variabilité, elle, poursuit un but diamétralement opposé. Elle tend constamment à modifier les caractères spécifiques, à infirmer leur constance, leur immutabilité. C'est à la lutte ou plutôt...
Page 150 - Lacaille, en i76i, en a aussi trouvé une du même poids dans la même île. «Il ya dans cette île, dit Leguat, une si grande abondance de ces tortues, que l'on en voit quelquefois des troupeaux de deux ou trois mille ; de sorte qu'on peut faire plus de cent pas sur leur dos ou sur leur carapace sans mettre pied à terre : elles se rassemblent sur le soir dans les lieux frais, et se mettent si près l'une de l'autre, qu'il semble que la place en soit pavée. (Ce nombre est sans doute beaucoup trop...
Page 37 - Edwards, Observations sur la structure et les fonctions de quelques Zoophytes, Mollusques et Crustacés des côtes de France (Ann. des se. nat., 2' série, t. XVIII, p. 331). » évident que toutes les parties de ce singulier appareil s'orga...
Page 25 - Acalephs (Jelly-Fishes) of North America, with Pictures of most of the Species in Catalogue of Museum of Comparative Zoology," by A. Agassiz ; L. Agassiz, " Contributions to the Natural History of the United States," vol. iv ; " Sea-side Studies in Natural History," Agassiz ; " Sertularian Zoophytes of the Coast of England,
Page 49 - La semence ne passe pas immédiatement, à la manière * de celle du Crabe et du Tourteau, dans le vestibule des ovi» ductes, mais elle est versée au dehors sur le plastron, où elle » se fige par plaques irrégulières entre les deux ouvertures de t> ces canaux. Dense, tenace et gluante d'abord, elle se liquéfie » peu à peu, et, à mesure qu'elle fond, les corpuscules fécon» dants dont elle est formée, se dégageant de la substance » albumineuse qui les tient en suspension, pénètrent...
Page 12 - Échiuodermes pédicellés, qui sont de véritables animaux rayonnes, pourraient être envisagés comme composés d'animaux symétriques, surtout dans leurs organes de relation et de génération, dont les corps sans tête seraient réunis dans toute...
Page 100 - Les plaques des tores uncinigères possèdent la forme habituelle. Nous interrompons ici l'étude des Annélides du golfe de Marseille. Nous n'avons pu examiner sans doute qu'une faible fraction des Vers qui habitent cette région, et pourtant le nombre des espèces que nous signalons s'élève déjà à 96 (1). Les recherches futures auxquelles l'un de nous doit se livrer, augmenteront considérablement ce chiffre et modifieront peut-être la signification de nos premières observations. Nous reconnaissons...
Page 150 - Elles font une autre chose qui est singulière, c'est qu'elles posent toujours de quatre côtés, à quelques pas de leur troupe, des sentinelles qui tournent le dos au camp et qui semblent avoir l'œil au guet : c'est ce que nous avons toujours remarqué. Mais ce mystère me paraît d'autant plus difficile à comprendre, que ces animaux sont incapables de se défendre et de s'enfuir.
Page 68 - ARICIA ŒRSTEDII, Clap., Glanures. La petite Annélide de Port-Vendres décrite par Claparède n'est pas rare au milieu des Algues du Pharo. Les Vers de cette espèce vivent au milieu du sable fin amassé au pied des Floridées qui tapissent les rochers battus par la vague. Leur corps, très-contractile, est toujours recouvert d'une épaisse mucosité qui agglutine les petits grains de sable, même alors que l'animal progresse assez rapidement. Les branchies apparaissent seulement sur le quatorzième...

Bibliographic information