Variétés littéraires, morales, et historiques. 2tom, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
1858
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 366 - Ceuxci, occupés du premier objet qui les avait transportés, allaient toujours, sans regarder qu'ils allaient à la servitude; et leur subtil conducteur, qui, en combattant, en dogmatisant, en mêlant mille personnages divers, en faisant le docteur et le prophète, aussi bien que le soldat et le capitaine...
Page 312 - ON m'a porté sur votre compte des plaintes qui ne vous font pas honneur : vous maltraitez les huguenots, vous en cherchez les moyens, vous en faites naître les occasions ; cela n'est pas d'un homme de qualité. Ayez pitié de gens plus malheureux que coupables : ils sont dans les mêmes erreurs où nous avons été nous-mêmes, et d'où la violence ne nous aurait jamais tirés.
Page 521 - passionne encore ces grands et inquiets esprits au » moment où ils vont à elle ; ils préfèrent l'amour à » la possession, et sur le seuil du ciel ils regrettent » de la terre le travail et l'espérance.
Page 17 - Saint-Père désapprouve aussi et réprouve même les doctrines relatives à la liberté civile et politique, lesquelles, contre vos intentions sans doute, tendent de leur nature à exciter et propager partout l'esprit de sédition et de révolte de la part des sujets contre leurs souverains. Or cet esprit est en ouverte opposition avec les...
Page 393 - Persuadés que sans les gens d'esprit on n'eût ja« mais vu de révolution, ils espèrent la renverser « avec des imbéciles. Pauvres gens, qui n'aperçoi<( vent pas que ce sont les passions beaucoup plus « que les connaissances qui bouleversent l'univers, « et que si l'esprit a été nuisible, il faut encore plus « d'esprit que n'en ont les méchants pour les con
Page 289 - ... car c'était une bataille où il fallait employer la malice, lorsqu'une jeune fille, qui à elle seule eut plus d'esprit que nous et les deux dragons, se glissa sous les jambes d'un des chevaux , saisit notre pied pour le baiser, et ne voulait...
Page 17 - Père; car si, dans certaines circonstances, la prudence exige de les tolérer comme un moindre mal, de telles doctrines ne peuvent jamais être présentées par un catholique comme un bien ou comme une chose désirable.
Page 240 - N'oublions jamais que le dernier malheur des rois, « c'est de ne pas jouir de l'obéissance aveugle du « soldat ; que compromettre ce genre d'autorité , « qui est la seule ressource des rois , c'est s'exposer « aux plus grands dangers. C'est là véritablement « la partie honteuse des monarques, qu'il ne faut pas « montrer , même dans les plus grands maux de
Page 577 - Cette maison le cédait pourtant à une autre, située « près de la mer, entourée de rochers qui, battus et « minés par les flots, formaient des grottes où, ca« ché, et n'ayant avec moi qu'un livre, je passais des « jours entiers avec un plaisir indicible, contemplant « du rivage le délicieux spectacle, tantôt de la mer « calme et des navires poussés par la brise, tantôt de « la mer agitée et des périls que couraient les navi
Page 393 - Il s'est formé en Europe une ligue de sots et de fanatiques qui, s'ils le pouvaient, interdiraient à l'homme la faculté de voir et de penser ; l'image d'un livre leur donne le frisson ; parce qu'on a abusé des lumières, ils extermineraient tous ceux qu'ils supposent éclairés ; parce que des scélérats et des aveugles ont rendu la liberté horrible, ils voudraient qu'on gouvernât le monde à coups de sabre et de bâton.

Bibliographic information