... L'Océan Pacifique: Les derniers cannibales; îles et terres océaniennes; la race polynésienne; San Francisco (Google eBook)

Front Cover
Hachette et cie, 1888 - California - 386 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 68 - ... soins du gouvernement français, ou à la personne nommée par lui et avec l'approbation de la reine Pomaré, la direction de toutes...
Page 44 - ... traînent dans le bois le plus voisin pour attendre qu'elle revienne à elle. Dès qu'elle a recouvré ses sens, ils la forcent à les accompagner, et comme, après tout, elle ne fait qu'échanger un maître brutal pour un autre, elle acquiesce ordinairement, bien convaincue qu'une résistance inutile ne ferait que multiplier les coups de dowak. Au début de tout ordre social, antérieurs à lui, le vol, la rapine, la violence sont et font la loi ; mais de ce chaos informe se dégagent peu à...
Page 44 - ... Océanie avec son mari, une foule d'indigènes les attendaient sur la plage. Leur navire était signalé depuis la veille, et la population se portait à leur rencontre pour leur faire fête. Au moment où elle mit pied à terre, les Canaques la pressèrent vivement de se débarrasser de ses vêtemens. Ils ne comprenaient pas que sous ce climat chaud elle se mît ainsi à la gêne, et c'est avec les meilleures intentions du monde qu'ils l'invitaient à dépouiller tout cet encombrant attirail....
Page 44 - Je veux être le maître de ce qui m'appartient. Elle est mon bien, ma chose ; elle est ma maison, mon ameublement, mon champ, ma grange, mon cheval, mon bœuf, mon âne, mon tout. » Elle est surtout le bœuf et l'âne. Demandez à un naturel de l'Océanie pourquoi il désire prendre femme ; il vous répond invariablement : « Pour qu'elle me procure du bois, de l'eau et des alimens, (1) Sir John Lubbock, l'Homme préhistorique.
Page 68 - Chacun sera libre dans l'exercice de son culte ou de sa religion; 5° Les églises établies en ce moment continueront d'exister, et les missionnaires Anglais continueront leurs fonctions, sans être molestés; il en sera de même pour tout autre culte; personne ne pourra être molesté...
Page 77 - Aroys n'existe plus : les guerres sanglantes que ces peuples se livraient et les sacrifices humains n'ont plus lieu depuis 1816. « Tous les naturels savent lire et écrire ; ils ont entre les mains des livres de religion traduits dans leur langue et imprimés soit à Tahiti, Vliéta ou Eméo.
Page 43 - El liot traduisit la Bible à l'usage de ce peuple, en 1661, il fut obligé d'en forger un. Tous les missionnaires de l'Océanie se sont heurtés à la même difficulté. Les mots manquent pour exprimer des idées qui font défaut et que l'on classe souvent, et à tort, au nombre des idées innées. Il en est peu de moins intelligibles pour un Polynésien que celles de pudeur et de chasteté.
Page 219 - Notre chef intervint et leur dit de ne pas faire cela ; ils rirent et continuèrent. Pendant que Kalaimano leur parlait, Lono arriva, franchit l'enceinte sacrée et se dirigea vers le moraï. Kalaimano se mit devant lui, et Lono l'écarta. Notre chef, alors, prit Lono dans ses bras pour l'empêcher d'avancer et le porter hors de l'enceinte ; mais Lono se débattit, et Kalaimano, le serrant fortement, lui fit pousser un cri de douleur.
Page 151 - Ils connaissaient la valeur de l'associalion ; plus n'était besoin du concours incertain d'Anvers largement rétribué; en unissant leurs efforts, ils décupleraient leurs forces. De cette idée, banale aujourd'hui, nouvelle et hardie pour l'époque, naquit la Compagnie unie des Indes orientales, à laquelle les états-généraux concédèrent, en 1602, le monopole du trafic à l'est du cap de Bonne-Espérance et à l'ouest du détroit de Magellan. Gérée par dix-sept directeurs centralisant entre...
Page 219 - Tordre du chef, nous lui offrîmes les hommages réservés aux dieux; mais, soit que dans son dédain pour nous, Lono affectât de ne pas nous comprendre, soit que sa longue absence lui eût fait oublier notre langage, il ne répondit à aucune de nos supplications et de nos prières. « Bien des jours s'écoulèrent ainsi; les pirogues du dieu nous étaient tabou et aucun de nous ne les avait visitées. « Un matin plusieurs des dieux inférieurs...

Bibliographic information