histoire matitime de france (Google eBook)

Front Cover
1851
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - A ce moment môme, le royaume entier de Naples était en révolution, et les troupes et garnisons étrangères étaient dans la plus grande détresse. Mais la trahison de Gennaro fit tout perdre en un instant. Le duc de Guise , apprenant que pendant qu'il était occupé à chasser les Espagnols de la petite île de Nisida , on venait de leur livrer sa capitale , essaya , avec quelques Français , de se retirer par terre à Rome; mais, poursuivi et arrêté près de Capoue, il resta quatre ans prisonnier...
Page 107 - Un homme s'est rencontré d'une profondeur d'esprit incroyable, hypocrite raffiné autant qu'habile politique, capable de tout entreprendre et de tout cacher, également actif et infatigable dans la paix et dans la guerre, qui ne laissait rien à la fortune de ce qu'il pouvait lui ôter par conseil et par prévoyance ; mais au reste si vigilant et si prêt à tout, qu'il n'a jamais manqué les occasions qu'elle lui a présentées ; enfin, un de ces esprits remuants et audacieux, qui semblent être...
Page 483 - C'est ce Paul , dont l'expérience Gourmande la mer et le vent ; Dont le bonheur et la vaillance Rendent formidable la France A tous les peuples du Levant. Ces vers...
Page 40 - Le 23 juin 1633, Richelieu avait autorisé pour dix ans une association de marchands de Rouen et de Dieppe, pour faire le trafic avec le cap Vert, le Sénégal et la Gambie , sur la côte occidentale d'Afrique, et» le 14 janvier 1634, une autre association, également pour dix ans, sous le nom de compagnie de Guinée, pour commercer depuis Sierra-Leone au cap Lopez. Comme preuve de la haute protection qu'il accordait aux compagnies d'Afrique, on le vit envoyer, sous les ordres de Razilli, une escadre...
Page 368 - Flessingue, et ni elle ni son inventeur ne furent perdus pour l'objet qu'on se proposait. Peu après, le 12 juillet 1682, Duquesne fit voile de Toulon avec une partie de sa flotte. Les cinq galiotes à bombes de PetitRenau, qui portaient chacune deux mortiers et quatre pièces de canon, vinrent le rejoindre près de Formentera, l'une des îles Baléares.
Page 130 - ... marin, la première fois qu'il le vit, ne put s'empêcher d'écrire au duc de La Rochefoucauld , parent maternel de Tourville : « Que ferons-nous , sur des vaisseaux armés en course , de ce jeune chevalier, plus propre à servir les dames de la cour qu'à supporter les fatigues de la mer? » Le duc pria le chevalier d'attendre et d'éprouver le jeune homme, avant de porter un jugement sur son compte, et lui prédit qu'il ne serait pas longtemps sans être détrompé. D'Hocquincourt consentit...
Page 378 - Tire! Puisque je ne puis sauver la vie à mon bienfaiteur; j'aurai du moins la consolation de mourir avec lui. » Le dey, témoin de ce spectacle, en fut touché lui-même, et fit grâce à Choiseul. Cependant le bombardement continuait avec la même vigueur. Le 9 août au matin, la mer étant belle, les...
Page 423 - Toutefois son courage ni sa présence d'esprit ne l'abandonnèrent point; il soutint une lutte corps à corps, dans l'obscurité, avec les Anglais qui étaient là. Il en entendit qui descendaient d'un escalier, et tira dessus au hasard. Cependant, le bélier avait recommencé à battre la porte de la redoute; elle tomba entièrement, et livra passage aux Français qui se précipitèrent en foule au secours de d'Iberville. Les Anglais, la plupart encore à demi vêtus, tant on avait promptement conduit...
Page 17 - Dunkerquois sera fort bonne à ce pour quoi nous voulons nous en servir : il en faut deux à Calais, et deux au Havre et à Dieppe , c'està-dire un vaisseau à chacun de ces deux lieux. LETTRE DE M. LE CARDINAL DE RICHELIEU A M. L'ARCHEVÊQUE DE BORDEAUX. MoNSIEUR , Je ne saurais vous témoigner la joie que j'ai de la victoire que vous avez remportée sur les ennemis. C'est un effet de votre cœur , de votre activité et de votre bonne conduite. J'espère que ce bon succès sera suivi de plusieurs...
Page 251 - ... général de Baas, depuis peu investi du titre et des fonctions de vice-roi des îles de l'Amérique. Ruyter, jugeant par cet essai qu'il s'était mépris sur l'état des colonies françaises, abandonna son projet et fit voile pour les ports de Hollande.

Bibliographic information