Les mémoires historiques de Se-ma-Tsʾien, Volume 3 (Google eBook)

Front Cover
E. Leroux, 1898 - History
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 438 - Yen ; ils be livraient aux pratiques qui assurent l'immortalité magique ; leurs corps se désagrégeaient, se dissolvaient et se transformaient; ils s'appuyaient sur le culte qu'ils rendaient aux mânes et aux dieux. Tseou Yen fut célèbre chez les seigneurs par (son traité sur) « l'évolution maîtresse du Yn et du Yang ». Les magiciens qui habitaient le rivage de la mer dans les pays de Yen et de Ts'i se transmettaient ces enseignements, mais sans parvenir à les comprendre. A partir de ce...
Page 291 - ... vertu et la justice de Votre Altesse sont minces : vous ne sauriez les entendre. » Le duc Phing dit : « Ce que j'aime, c'est les mélodies. Je désire les entendre. » Le maître Khwang, ne pouvant faire autrement, attira à lui de nouveau son luth et en joua. A la première fois qu'il joua l'air, il y eut deux bandes de huit grues noires qui s'abattirent à la porte de la véranda; à la reprise, elles allongèrent le cou et crièrent, étendirent les ailes et dansèrent. Le duc Phing fut...
Page 634 - Chine (i), où les savants et les lettrés , en le » mettant au fait des sciences et des arts en » honneur dans le pays , n'auroient pas manqué » de lui faire connoître celle des sciences » qu'ils regardoient comme la première de » toutes, je veux dire la musique; et que Py...
Page 292 - N'est-il pas des airs encore plus lugubres que ceux-ci? — Il y en a, répondit Khwang. Ce sont ceux par lesquels, autrefois, Hwang-Ti réalisa une grande union avec les esprits des morts et des dieux. Mais la vertu et la justice de Votre Altesse sont minces; vous n'êtes pas digne de les entendre. Si vous les entendiez, vous seriez près de votre ruine.
Page 469 - Lorsque votre longévité sera prolongée, vous pourrez voir les bienheureux de (l'île) P'ong-lai qui est au milieu des mers. Quand vous les aurez vus, et que vous aurez fait les sacrifices fong et chan, alors vous ne mourrez pas. C'est là ce qui est arrivé à Hoang-ti.
Page 453 - Les quatre Empereurs sont les empereurs blanc, vert, jaune, rouge>. Kao-tsou répliqua: «J'avais entendu dire qu'il y avait au Ciel cinq Empereurs; or en voici seulement quatre; comment cela se fait-il?» Personne n'en sachant l'explication, Kao-tsou dit alors: «Je le sais. C'est qu'ils m'attendaient pour être au nombre complet de cinq».
Page 27 - C'est bien regrettable ! Il n'ya plus que les Mémoires des Ts'in; encore ne mentionnent-ils pas les jours et les mois et leur rédaction est-elle abrégée et incomplète. A vrai dire, sur les forces et les changements des royaumes combattants il ya aussi (quelques textes) qu'on peut recueillir; mais comment serait-on sûr qu'ils remontent à une haute antiquité ? » Sur la destruction des livres, ordonnée par Ts'in Che Houang-ti à l'instigation de Li Sseu, voir Derk BODDE, China'
Page 292 - ... Khwang, ne pouvant faire autrement, attira encore à lui son luth et joua. La première fois qu'il joua l'air, des nuages blancs s'élevèrent au nord-ouest. A la reprise, un grand vent arriva et une pluie le suivit. Il fit voler les tuiles de la véranda. Les assistants s'enfuirent tous; le duc, saisi de terreur, resta prosterné à terre entre la chambre et la vérandah (*). Les musiques du passé ne sont pas toujours maudites.
Page 291 - Avant qu'il eût fini, l'autre posa la main sur lui et l'arrêta, disant : » Ceci est un air de musique d'un royaume détruit : il ne faut pas l'écouter. » Le duc dit : « Ce que j'aime, c'est la mélodie.
Page 241 - ... la philosophie. Le grand historien Sima Qian a écrit : « Les rites servent à guider la volonté de l'homme : la musique sert à harmoniser les sons qu'il émet; les lois servent à unifier ses actions; les châtiments servent à prévenir sa perversité. Les rites et la musique, les châtiments et les lois ont un seul et même but : c'est par eux que les cœurs du peuple sont unis et c'est d'eux que sort la méthode du bon gouvernement. » Ainsi, dès l'Antiquité, les souverains chinois avaient...

Bibliographic information