Les Guises, les Valois, et Philippe II, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
Amyot, 1866 - France
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 234 - ... peuple, pour l'extrême nécessité en laquelle il est réduit. Et néanmoins dès à présent a, ladite Cour, déclaré et déclare tous traités faits ou à faire pour l'établissement de prince ou princesse étrangers...
Page 118 - Aucuns grands de mon royaume ont fait telles ligues et associations ; mais témoignant ma bonté accoutumée, je veux bien mettre sous le pied, pour ce regard, tout le passé ; déclarant dès à présent et pour...
Page 121 - Navarre, comme hérétique et notoirement relaps, criminel de lèse-majesté divine et humaine au premier chef, inhabile et incapable de succéder à la couronne de France , privé de tous droits et prérogatives de prince et de pair, tant lui que ses hoirs procréés et à procréer.
Page 189 - Madame, dit-il, le Roi renonce à entrer dans une guerre; Dieu veuille qu'il ne lui en survienne une autre, à laquelle, sans doute, il ne lui sera pas aussi facile de renoncer (1).
Page 189 - Mais Votre Majesté ne trouvera pas mauvais si, ayant promis au prince d'Orange tout secours et toutes faveurs, je m'efforce de sauver mon honneur avec l'aide des amis, des parents, des serviteurs que j'ai, et à faire service de ma propre personne s'il en est besoin. Puis , se tournant vers la Reine...
Page 116 - ... et distinguer ses serviteurs, et d'un seul élancement de sa vue les fortifier en l'espérance de l'avancement de ses desseins, de sa fortune et de sa grandeur, et leur dire sans parler, JE VOUS VOIS...
Page 263 - ... roi d'Ecosse ayant écrit que, s'il n'est pas secouru, il se maintiendra difficilement dans la liberté qu'il a miraculeusement recouvrée , comme il l'avait promis à monsieur de Méneville, pressé qu'il est par la reine d'Angleterre, qui n'oublie rien de ce qui peut relever sa faction en Ecosse : Sa Sainteté sera suppliée, au nom du duc de Guise et de tous les catholiques de ce royaume, de donner avec quelque libéralité de l'argent , la seule chose dont on ait maintenant besoin , et de...
Page 283 - Dieu ne de sa Mère. A la vérité, le Roy portoit à Maugiron et à lui une merveilleuse amitié, car il les baisa tous deux morts, fist tondre leurs testes et emporter et serrer leurs blonds cheveux, osta à Quélus les pendans de ses aureilles, que luimesme auparavant lui avoit donnés et attacchés de sa 20 propre main.
Page 64 - Je respondi simplement à telles objections, que s'il s'espandoit une seule goutte de sang, les rivières en découlleroyent par toute l'Europe. Ainsi qu'il valoit mieux que nous périssions tous cent fois, que d'estre cause que le nom de Chrestienté et l'Evangile fust exposé à tel opprobre.
Page 90 - André , pour la conspiration du triumvirat , et depuis mises en délibération à l'entrée du sacré et sainct concile de Trente , et...

Bibliographic information