Charles Guérin: roman de moeurs canadiennes (Google eBook)

Front Cover
La Cie de publication de la revue canadienne, 1900 - French-Canadian fiction - 384 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 266 - L'habitant de la cabane et celui des palais, tout souffre, tout gémit ici-bas; les reines ont été vues pleurant comme de simples femmes, et l'on s'est étonné de la quantité de larmes que contiennent les yeux des rois ! « Est-ce votre amour que vous regrettez?
Page 367 - Saint-Cyr, et l'une de nous l'a encore entendu chanter à grand chœur lorsque le Roy Louis le Martyr, seizième du nom, vint visiter cette Maison royale avec la Reine, son épouse, en l'année 1779; et ce fut sur l'avis de M. le Président d'Ormesson, directeur du temporel de...
Page 65 - ... et opulente envers lui, ramper aux pieds du pouvoir, dans l'ignorance et les excès, l'a énergiquement flétrie du nom de noblaille, tout comme il aurait dit valetaille. Il ya une nouvelle noblesse, la nobles professionnelle, née du peuple, qui a succédé à la noblesse titrée. Qu'elle y prenne garde : si elle oublie son origine, si elle suit le même chemin... le même sort l'attend ! — Oh ! mais, c'est bien différent cela ! La noblesse, ou la noblaille, comme vous voudrez, s'est anglifiée...
Page 128 - Dans l'autre, c'était les éclats de rire des jeunes garçons et des jeunes filles qui, tout barbouillés de melasse, se poursuivaient et s'agaçaient avec de longues filasses de tire, semblables à des échevaux de fils d'or et d'argent. On se poussait, on se pinçait, on se jetait de la neige, que l'on allait chercher dehors, on se faisait des niches de toute espèce, on se donnait des chiquenaudes et des coups à rompre bras et jambes ; et plus on s'aimait, plus on se maltraitait; car c'est ainsi...
Page 132 - ... même franchise impertinente que son rôle autorisait. Aux enfants qui avaient veillé exprès pour recevoir cette visite impatiemment attendue depuis plusieurs semaines, elle fit des cadeaux calculés sur la bonne ou la mauvaise conduite de chacun d'eux. A ceux qui avaient été sages, des dragées ou du sucre ; à ceux qui avaient été méchants, des patates gelées ou des écales de noix soigneusement enveloppées dans du papier, mystification qui faisait beaucoup rire les parents, et pleurer...
Page 39 - Malgré tous les inconvénients qui semblaient contrarier sa résolution, malgré les sentiments pénibles qui devaient empoisonner son séjour prolongé dans une paroisse où elle s'était vue riche, puissante, honorée, madame Guérin refusa avec persistance l'offre très mesquine d'abord, puis rapidement portée à une somme raisonnable, que M. Wagnaër lui proposa pour ce qui lui restait de propriétés. Elle préféra vivre avec la plus stricte économie, s'imposer les plus dures privations...
Page 147 - ... est actif , sincère , pieux, gai et agréable; il est fort, il est patient , il est fidèle, il est prudent, il est persévérant , il est courageux, et ne se cherche jamais lui-même ; car dès qu'on se cherche soi-même, on cesse d'aimer. L'amour est circonspect, humble et équitable ; il...
Page 133 - ... se serait peut-être vu enterré par les arguments de son adversaire, si le père Morelle n'avait point bravement tranché la question, en formant lui-même la chaîne et en entonnant vigoureusement cette ronde bien connue : Bonhomme, bonhomme, Que sais-tu bien faire ? Après cette danse bruyante et grotesque, c'en fut une autre, puis une autre, puis encore une.
Page 367 - ... motet. Nous pouvons donc assurer que l'air est entièrement conforme à celui qu'on dit un air national d'Angleterre, et quant aux paroles que nous allons copier exactement, on nous a toujours dit qu'elles avoient été composées par Madame de Brinon , ancienne Supérieure de St Cyr. et personne lettrée, fort habile en poésie, comme il y paraît par d'autres cantiques à l'usage de sa communauté.
Page 33 - C'est lui qui, au milieu des journées les plus chaudes et les plus sèches de l'été, vous enveloppe d'un linceul humide et froid, et dépose dans chaque poitrine le germe des catarrhes et de la pulmonie. C'est lui qui interrompt, par des pluies de neuf ou dix jours, tous les travaux de l'agriculture, toutes les promenades des touristes, toutes les jouissances de la vie champêtre.

Bibliographic information