Archives curieuses de la ville de Nantes et des départements de l'Ouest, pièces authentiques, recueillies et publ. par F.-J. Verger (Google eBook)

Front Cover
F J Verger
1838
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 266 - Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fit. — Faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir.
Page 387 - Il n'en est pas ainsi d'Arthenay. On nous logea dans des écuries fétides, sur une litière qui n'était autre chose que du fumier. Les consignes les plus sévères nous interdirent d'abord l'entrée de la maison et toute communication extérieure. Le froid était excessif, et l'on nous défendit d'allumer du feu dans la cour. Mais, ce qui est vraiment étrange, nous avions faim, il nous était défendu de faire du feu, et l'on nous apporta de la viande crue. On nous donna à peine moitié de la...
Page 247 - Le véritable prêtre de l'Être suprême, c'est la nature ; son temple, l'univers ; son culte, la vertu ; ses fêtes, la joie d'un grand peuple rassemblé sous ses yeux pour resserrer les doux nœuds de la fraternité universelle et pour lui présenter l'hommage des cœurs sensibles et purs.
Page 247 - Les mères quittent leurs fils et leurs époux ; elles portent à la main des bouquets de rosés ; leurs filles, qui ne doivent jamais les abandonner que pour passer dans les bras de leurs époux, les accompagnent et portent des corbeilles remplies de fleurs. Les pères conduisent leurs fils, armés d'une épée, l'un et l'autre tiennent à la main une branche de chêne.
Page 387 - Citoyens Représentants , comme vous , fidèles à nos serments, nous vous dénonçons l'infâme Carrier; ses forfaits s'élèvent de toutes parts contre lui; tout ici les atteste. » Nous le dénonçons à la représentation nationale, qu'il a voulu avilir; nous le dénonçons au peuple entier, dont il a trahi la confiance et tant de fois compromis la souveraineté. » Carrier s'est rendu coupable...
Page 387 - Roland ; en conséquence, qu'il soit ordonné qu'à sa diligence, et par un huissier du tribunal porteur de l'ordonnance à intervenir...
Page 387 - La guillotine ne peut plus suffire, j'ai pris le parti de les faire fusiller. Ils se rendent ici et à Angers par centaines; j'assure à ceux-ci le même sort qu'aux autres.
Page 387 - ... commissaires du Comité révolutionnaire de Nantes. » Dans les fastes les plus reculés du monde, dans toutes les pages de l'histoire même des siècles barbares, on trouverait à peine des traits qui pussent se rapprocher des horreurs commises par les accusés. » Néron fut moins sanguinaire, Phalaris moins barbare, et Syphane moins cruelle.
Page 387 - ... de boire à la grande tasse sur ce même fleuve qui jadis semblait porter avec orgueil les denrées les plus précieuses pour l'utilité commune, et qui, depuis le règne du tyran, ne roulait plus qu'en gémissant ses flots ensanglantés.
Page 387 - Messalines faisaient tout l'ornement: cherchant sans doute, au milieu de ces bacchanales modernes , à étouffer , non ses remords, mais les gémissements des malheureux que les échos et les vents , plus sensibles, auraient pu reporter jusqu'au sein de ses plaisirs. Et Carrier ose dire , dans ce qu'il appelle un rapport , ce mémoire indigeste , aussi calomnieux que perfide , qu'tï n'a fait que passer...

Bibliographic information