1848: chronique de l'abolition de l'escalavage en Martinique

Front Cover
Desnel, 2006 - Social Science - 152 pages
0 Reviews
Un monde s'écroule. Pas seulement sous les coups de boutoir de l'insurrection, mais par une série de petits riens qui minent l'autorité des puissants, lesquels ne maîtrisent plus grand-chose. Ecroulement, dégringolade... telle est la vision des tenants de l'ordre ancien. Car c'est un monde nouveau qui se construit, celui de la liberté des damnés de la couleur. Au cours des soixante-douze jours qui ébranlèrent la Martinique, Fort Royal devient Fort-de-France, des foules de plus en plus nombreuses se rendent à l'église pour... prendre des nouvelles. Des quêteuses, à la messe, sont choisies dans les trois couleurs : une blanche, une sang mêlée, une noire ! La " Maison d'éducation des jeunes demoiselles " de Saint-Pierre fait savoir que dorénavant, elle accepte les jeunes mulâtresses. Les passeurs noirs de la rivière du Carbet déclarent ne plus vouloir porter désormais, lors des crues, " la viande " du corps de leurs maîtres blancs. Des groupes de salariés " nègres " discutent de leurs payes avant de travailler, ou exigent que les arriérés soient réglés. Du jamais vu ! Plus qu'une étude présentant le processus d'émancipation tant à la Martinique qu'en Guadeloupe, Guyane et Réunion, cette chronique donne à revivre, jour après jour, presque heure après heure, l'ambiance qui régna dans les bourgs, les campagnes, les " habitations ", du samedi 25 mars au dimanche 4 juin de cette année sans pareille que fut 1848.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Section 1
1
Section 2
13
Section 3
15
Copyright

2 other sections not shown

Common terms and phrases

Bibliographic information