Mémorial de Sainte-Hélène, ou, Journal où se trouve consigné, jour par jour, ce qu'a dit et fait Napoléon durant dix-huit mois, Volume 3 (Google eBook)

Front Cover
L'auteur, 1823
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 292 - ... étendre la peine jusqu'à la femme, et l'arracher avec violence à une union qui identifie son existence avec celle de son époux? Elle vous dirait : Mieux valait lui ôter la vie, du moins me serait-il permis de chérir sa mémoire; mais vous ordonnez qu'il vive, et vous ne voulez pas que je le console!
Page 41 - Révolution ; ces grandes et belles vérités doivent demeurer à jamais, tant nous les avons entrelacées de lustre, de monuments, de prodiges. Nous en avons noyé les premières souillures dans des flots de gloire ; elles sont désormais immortelles...
Page 88 - ... L'Angleterre et la France ont tenu dans leurs mains le sort de la terre, celui surtout de la civilisation européenne. Que de mal nous nous sommes fait! que de bien nous pouvions faire ! « Sous l'école de Pitt, nous avons désolé le monde, et pour quel résultat? Vous avez imposé quinze cents millions à la France, et les avez fait lever par des Cosaques. Moi, je vous ai imposé sept milliards, et les ai fait lever de vos propres mains, par votre parlement; et aujourd'hui encore, même après...
Page 227 - Joubert avança avec tant de rapidité, qu'un moment nous crûmes toute l'armée d'Alvinzi prise. Joubert arrivait à l'Escalier, seule retraite de l'ennemi; mais Alvinzi, sentant le danger où il était, marcha avec ses troupes de réserve, contint Joubert, et même lui fit perdre un peu de terrain. La bataille était gagnée. Nous avions du canon, des drapeaux, et un grand nombre de prisonniers. Deux de nos détachements qui venaient rejoindre l'armée donnèrent dans la division qui nous avait...
Page 86 - Enfin, l'on commence à me comprendre, déjà l'arbre porte son fruit; le temps fera le reste. » Si je n'eusse succombé , j'aurais changé la face du commerce aussi bien que la route de l'industrie; j'avais naturalisé au milieu de nous le sucre , l'indigo , j'aurais naturalisé le coton , et bien d'autres choses encore; on m'eût vu déplacer les colonies, si l'on se fût obstiné à ne pas nous en donner une portion.
Page 77 - ART. 3. Les Cours impériales d'Autriche et de Russie, et la Cour royale de Prusse, nommeront des commissaires qui se rendront et demeureront au lieu que le gouvernement de...
Page 195 - Alors l'espoir de la victoire ranime tous les cœurs, et chacun promet de se surpasser pour seconder un plan si beau et si hardi. Kilmaine était resté dans Vérone avec quinze cents hommes de toutes armes, les portes étroitement fermées, les communications sévèrement interdites.
Page 95 - Narbonne m'ont perdu peut-être; ses talents m'ont été du moins bien plus nuisibles qu'utiles : l'Autriche, se croyant devinée, jeta le masque et précipita ses mesures. Avec moins de pénétration de notre part, elle eût mis plus de réserve, plus de lenteur; elle eût prolongé quelque temps encore ses indécisions naturelles, et durant ce temps d'autres chances pouvaient s'élever.
Page 173 - Il se retira à Roveredo et à Trente. L'armée française avait aussi elle-même besoin de repos. Les forces de Wurmser, après ses défaites, étaient encore égales aux nôtres; mais avec cette différence que désormais un bataillon de l'armée d'Italie en mettait quatre des ennemis en fuite, et que partout on ramassait du canon, des prisonniers et des objets militaires.
Page 140 - Marie-Louise, qui ignorait beaucoup de termes français, s'adressa au premier chambellan : " L'empereur dit que mon père est une ganache, que veut dire cela ? " A cette demande inattendue, le courtisan balbutia que cela voulait dire un homme sage, de poids, de bon conseil. A quelques jours de là, et la mémoire encore toute fraîche de sa nouvelle acquisition, Marie-Louise présidait le conseil de famille.

Bibliographic information