Friedrich der Grosse als feldherr, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
E.S. Mittler und sohn, 1881 - Germany - 1115 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 649 - Haut-Rhin etdans tout l'Empire, et se retireroient chacune dans les états de leurs souverains respectifs. Leurs majestés très-chrétienne et britannique s'engagent de plus, et se promettent de ne fournir aucun secours dans aucun genre à leurs alliés respectifs qui resteroient engagés dans la guerre actuelle en Allemagne.
Page 575 - Czernicheff de déclarer formellement au Roi de Prusse, que SMI désire d'employer toutes sortes de moyens pour procurer une paix générale en Europe, et est intentionnée d'accomplir celle qui a été récemment conclue avec SM Prussienne, aussi longtemps que le Roi ne Lui donnera pas raison de la rompre; que le bien de son empire demande que Lui Comte de Czernicheff retourne avec tout son corps de troupes en Russie. Si le Roi tentait de s'opposer au dit retour, le comte de Czernicheff a ordre...
Page 539 - Gardons-nous, mon cher, d'affaires décisives, et contentons-nous d'accumuler beaucoup de petits avantages, qui à la longue en font de grands...
Page 576 - Vous pouvez juger de l'embarras cruel où je me trouve tout au milieu de mes opérations qui avaient toute l'apparence de prendre une heureuse tournure; il faut à présent attendre les premières nouvelles que nous aurons, et qui pourront nous donner quelques éclaircissements sur l'avenir.
Page 475 - Majesté et sur quelles conditions il plairait à Elle d'établir la paix et principalement avec le roi de Prusse ; qu'on sent parfaitement ici que ce Prince, vu l'état délabré de ses affaires, ne peut se flatter d'obtenir la paix sans faire des cessions considérables de ses États et sans l'acheter, pour ainsi dire, à ses dépens. Qu'en conséquence de cette vérité reconnue ici, lui, comte Bute, avait écrit...
Page 510 - Dans tout ce que je viens de vous dire, je n'articule pas un mot de la grande armée turque qui agira contre les Autrichiens.
Page 226 - Je vous remercie de la part que vous prenez à la victoire que nous avons remportée le 3. Ses avantages consistent plutôt dans les malheurs dont ils nous préservent, que dans les grands succès qui pourraient s'ensuivre. J'étais instruit que le maréchal Daun avait des ordres de sa cour de se soutenir à Torgau et dans la Saxe, et de tout risquer pour s'y maintenir; je savais même qu'il avait des ordres de m'attaquer, s'il le pouvait. Il ne me restait que deux partis : l'un , de passer la Mulde...
Page 476 - ... ou l'autre armée ennemie, celle que Vous rechercherez se retirera dans un des postes connus et qui sont en grand nombre dans toutes les provinces, où la guerre s'est faite depuis six ans. Je conviens de tous les inconvénients qui résultent en opposant des armées à toutes les armées ennemies, mais comme il s'agit de périr, il est seulement nécessaire de savoir, quelle est la mort la plus lente, et si...
Page 102 - Sluftrag ju erlaffen, bem ju entfpredjen id) beinahe alé unmöglid) anfe^e" ^j'avoue que si j'avais prévu les difficultés que je trouve dans cette campagne et celles que je prévois encore, je vous aurais prié de me dispenser d'un emploi, que je regarde quasi comme impossible à remplir).
Page 315 - Autrichiens, s'il s'en présentait une occasion favorable ; mais de se tenir d'ailleurs scrupuleusement sur la défensive avec les Russes, par la raison que s'il remportait une victoire contre les Autrichiens, les Russes se retireraient d'eux-mêmes, et que s'il avait le même avantage contre les Russes, cela n'empêcherait pas M. de Laudon de continuer les opérations de sa campagne.

Bibliographic information