La genèse de l'humanité (Google eBook)

Front Cover
A. Lacroix et Cie, 1875 - Brahmanism - 356 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 104 - Celui que l'esprit seul peut percevoir, qui échappe aux organes des sens, qui est sans parties visibles, éternel, l'âme de tous les êtres, que nul ne peut comprendre, déploya sa propre splendeur.
Page 336 - Quand la durée de la dissolution fut à son terme, alors le Seigneur existant par lui-même, et qui n'est pas à la portée des sens externes, rendant perceptible ce monde, avec les cinq éléments et les autres principes, resplendissant de l'éclat le plus pur, parut et dissipa l'obscurité, c'est-à-dire, développa la nature.
Page 200 - Les offrandes faites aux dieux, aux mânes, aux saints et aux esprits, par les ignorants ou les pervers ne portent pas de fruit, et le brahme qui accepte d'eux la nourriture, est obligé d'accomplir les cérémonies de la purification. • Quand un voyageur vient frapper à la porte d'une demeure, que le père de famille, d'après les usages prescrits, lui offre un siège, de l'eau pour se laver les pieds, et des aliments qu'il a préparés de «on mieux.
Page 122 - ... péripéties successives de la course journalière et annuelle du soleil; ils y avaient vu la manifestation la plus imposante de la Divinité, celle qui révélait le mieux les lois de l'ordre du monde, et ils y avaient cherché leurs personnifications divines. Les...
Page 125 - Brahma qui divise son corps en deux parties, l'une mâle et l'autre femelle, et Viradj est issu de Nari. « A chacun des dieux de la triade suprême correspondait une divinité féminine, qui en était le dédoublement, la forme passive, et, pour me servir de l'expression même contenue dans plusieurs inscriptions, le reflet. » — Ici M. Lenormand, qui semble éviter systématiquement toute comparaison avec l'Inde, nous évite cette unique fois la peine de la réflexion, car il ajoute : « C'est...
Page 265 - ... marier qu'entre leurs semblables. « Que la nourriture qui leur est accordée ne leur soit donnée que sur des tessons, et qu'ils ne circulent pas la nuit dans les villages et les villes. « Qu'ils n'y entrent de jour que pour .leur besogne, portant les signes prescrits par le roi pour qu'on les reconnaisse.
Page 106 - Souviens-toi, mon fils, qu'il n'ya qu'un seul Dieu, maître souverain et principe de toutes choses, et que tout brahme doit l'adorer en secret. Mais sache aussi que c'est un mystère qui ne doit jamais être révélé au stupide vulgaire ; si tu le faisais, il t'arriverait de grands malheurs.
Page 264 - Qu'ils aient pour vêtements les habits des morts; pour plats, des pots brisés; pour parure, du fer : qu'ils aillent sans cesse d'une place à une autre. 53.
Page 28 - La vie n'est plus qu'un phénomène mécanique se perfectionnant graduellement, allant du simple au composé, du minéral à la plante, de la plante à l'animal et de l'animal à l'homme.
Page 241 - Les dwidjas qui appartiennent à ces quatre ordres doivent toujours, avec le plus grand soin, pratiquer les dix vertus qui composent le devoir.

Bibliographic information