Oeuvres choisies de Vico: contenant ses mémoires, écrits par lui-même, La science nouvelle, les opuscules, lettres, etc, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
L. Hachette, 1835
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 278 - C'est d'elle qu'Ulpien dit quelle n'est point connue naturellement à tous les hommes (comme l'équité naturelle) , mais seulement à un petit nombre d'hommes qui ont appris par la pratique du gouvernement ce qui est nécessaire au maintien de la société. Telle fut la sagesse des sénats héroïques , et particulièrement celle du sénat romain , soit dans les temps où l'aristocratie décidait seule des intérêts publics, soit lorsque le peuple déjà maître se laissait encore guider par le...
Page 113 - Ce que Tacite dit des Germains peut s'entendre de tous les premiers peuples barbares; et nous savons que chez les anciens Romains le père de famille avait droit de vie et de mort sur ses fils , et la propriété absolue de tout ce qu'ils pouvaient acquérir , au point que jusqu'aux Empereurs les fils et les esclaves ne différaient en rien sous le rapport au pécule.
Page 379 - Guéris par un si terrible remède, les peuples deviennent comme engourdis et stupides , ne connaissent plus les raffinemens, les plaisirs ni le faste, mais seulement les choses les plus nécessaires à la vie. Le petit nombre d'hommes qui restent à la fin , se trouvant dans l'abondance des choses nécessaires , redeviennent naturellement sociables; l'antique simplicité des premiers âges reparaissant parmi eux , ils connaissent de nouveau la religion , la véracité , la bonne foi , qui sont les...
Page 243 - Homère que de la guerre de Troie , nous ne pourrions y voir , après tant de difficultés , qu'tm être idéal , et non pas un homme. Mais ces deux poèmes qui nous sont parvenus ,nous forcent de n'admettre cette opinion qu'à demi , et de dire qu'Homère a été l'idéal ou le caractère héroïque du peuple de la Grèce racontant sa propre histoire dans des chants nationaux. §. II. Tout ce qui était absurde et invraisemblable dans l'Homère que l'on s'est figuré jusqu'ici, devient dans notre...
Page 370 - A travers la diversité des formes extérieures , nous saisirons l'identité de substance de cette histoire. Aussi ne pouvons-nous refuser à cet ouvrage le titre, orgueilleux peut-être, de Science Nouvelle. Il ya droit par son sujet : la nature commune des nations ; sujet vraiment universel , dont l'idée embrasse toute science digne de ce nom. Cette idée est indiquée dans la vaste expression de Sénèque : Fusilla res hic mundus est, nisi id, quod guœrit, omnis mundus habeat.
Page 370 - ... plus profonde. Après avoir observé dans ce Livre comment les sociétés recommencent la même carrière, réfléchissons sur les nombreux rapprochemens que nous présente cet ouvrage entre l'antiquité et les temps modernes , et nous y trouverons expliquée non plus l'histoire particulière et temporelle des lois et des faits des Romains ou des Grecs , mais...
Page 381 - ... des fins particulières que les hommes s'étaient proposées, qui leur est quelquefois contraire et toujours supérieure. Ces fins bornées sont pour elle des moyens d'atteindre les fins plus nobles, qui assurent le salut de la race humaine sur cette terre.
Page 80 - La même cause fait qu'on observe toujours les mêmes effets dans les idiots , et sourtout dans les femmes. Les tours naquirent de la difficulté de compléter la phrase par son verbe. Nous avons vu que le verbe fut trouvé plus tard que les autres parties du discours. Aussi les Grecs , nation ingénieuse , employèrent moins de tours que les Latins , les Latins moins que les Allemands.
Page 316 - ... reçu généralement, en sorte que Grotius affirme que c'est un droit naturel des gens pour les Européens. Admirons la sagesse et la gravité romaines, en voyant au milieu de ces révolutions politiques les préteurs et les jurisconsultes employer tous leurs efforts pour que les termes de la loi des Douze Tables ne perdent que lentement et le moins possible le sens qui leur était propre. Ainsi, en changeant de forme de gouvernement, Rome eut l'avantage de s'appuyer toujours sur les mêmes principes,...
Page 28 - Alors sans doute un petit nombre de géans dispersés dans les bois , vers le sommet des montagnes , furent épouvantés par ce phénomène dont ils ignoraient la cause , levèrent les yeux , et remarquèrent le ciel pour la première fois. Or , comme en pareille circonstance, il est dans la nature de l'esprit humain d'attribuer au phéHomène qui le frappe , ce qu'il 17.

Bibliographic information