Louis XVII: son enfance, sa prison, et sa mort au Temple (Google eBook)

Front Cover
Firmin-Didot, 1895 - 377 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 106 - ... lui avoir donnés dans le cours de notre union , comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle, si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher. Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu'ils doivent à Dieu, qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu'elle se donne pour eux, et en mémoire de moi.
Page 2 - ... la délicatesse de ses nerfs fait qu'un bruit auquel il n'est pas accoutumé lui fait toujours peur, il a peur par exemple des chiens parce qu'il en a entendu aboyer près de lui. Je ne. l'ai jamais...
Page 302 - Capet, en constater l'état ; avons agi ainsi qu'il suit : Arrivés tous les quatre , à onze heures du matin, à la porte extérieure du Temple, nous y avons été reçus par les commissaires , qui nous ont introduits dans la Tour. Parvenus au deuxième étage...
Page 112 - Reine ; diteslui bien que je le quitte avec peine. Ce petit paquet renferme des cheveux de toute ma famille ; vous le lui remettrez aussi. Dites à la Reine, à mes chers enfants, à ma sœur, que je leur avais promis de les voir ce matin, mais que j'ai voulu 53 leur épargner la douleur d'une séparation si cruelle.
Page 245 - Il me la présenta , et je sentis, en prolongeant mon mouvement jusque sous l'aisselle, une tumeur au poignet et une au coude , comme des nodus; il paraît que ces tumeurs n'étaient pas douloureuses , car le prince ne le témoigna pas. L'autre main, monsieur.
Page 120 - Vous trouverez toujours en moi du caractère et du courage; mais l'intérêt de mon fils est le seul qui me guide. Quelque bonheur que j'eusse éprouvé à être hors d'ici, je ne peux consentir à me séparer de lui. Je ne pourrais jouir de rien sans mes enfants, et cette idée ne me laisse pas même un regret.
Page 3 - Mais la sévérité le révolteroit , car il a beaucoup de caractère pour son âge. Et pour en donner un exemple, dès sa plus petite enfance, le mot pardon l'a toujours choqué. Il fera et dira tout ce qu'on voudra quand il a tort; mais le mot pardon, il ne le prononce qu'avec des larmes et des peines infinies.
Page 247 - Quoi qu'il en soit, avant de sortir' de l'antichambre du prince, mes collègues et moi nous convînmes que pour l'honneur de la nation, qui l'ignorait, pour celui de la convention, qui, à la vérité, l'ignorait aussi, mais dont le devoir était d'en être instruite; pour celui de la coupable municipalité de Paris elle-même, qui savait tout et qui causait tous ces maux, nous...
Page 244 - Je m'approchai du prince; nos mouvements ne semblaient faire aucune impression sur lui ; je lui dis que le gouvernement, instruit trop tard du mauvais état de sa santé et du refus qu'il faisait de prendre de l'exercice et de répondre aux questions qu'on lui faisait à cet égard, ainsi qu'aux propositions qu'on lui avait faites d'employer quelques remèdes et de recevoir la visite d'un médecin, nous avait envoyés près de lui pour nous assurer de tous ces faits, et lui renouveler nousmêmes,...
Page 96 - Temple qne le fils de Louis Capet était jour et nuit sous la direction de femmes, mère et tante , considérant que cet enfant est dans l'âge où il doit être sous la direction des hommes, le conseil, délibérant sur cet objet, a arrêté et arrête qu'à l'instant le fils de Louis Capet sera retiré des mains des femmes pour être remis et rester entre celles de son père les jours et nuits, excepté qu'après l'heure du dîner il montera dans le logement de ses mère et tante...

Bibliographic information