Cérémonies usitées au Japon pour les mariages et les funérailles: suivies de détails sur la poudre Dosia, de la préface d'un livre de Confoutzée sur la piété filiale... (Google eBook)

Front Cover
A. Nepveu, 1819 - 262 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page ii - Cérémonies Usitées au Japon pour Les Mariages et les Funérailles, Suivies de Détails Sur la poudre Dosia, De la préface d'un Livre de Confoutzée sur la Piété Filiale, Le tout traduit du Japonais Par feu M.
Page xxxvi - ... le tapis du plancher; il ya, dans la chambre principale, un trou carré et muré qu'on remplit en hiver de cendres, sur lesquelles on met des charbons allumés ; partout il ya une salle de bains , dont les Japonais font un usage journalier. Tous les bâtiments sont pour l'ordinaire bas et en bois; les maisons des particuliers ne doivent pas avoir plus de six toises de hauteur ; ainsi le veut la loi. Les palais du daïri et du séougoun n'ont eux-mêmes qu'un étage. Les maisons sont propres et...
Page xxxviii - Les deux apparlemens qui divisent le corps de la maison , consistent en plusieurs chambres séparées par de simples cloisons, ou plutôt par des espèces de paravents qu'on peut avancer ou reculer comme l'on veut; en sorte que les chambres s'élargissent ou se rétrécissent selon le besoin (i).
Page xxxviii - Chambres et les cloisons sont couvertes de papier , même dans les Maisons les plus magnifiques; mais ce papier est orné de fleurs d'or ou d'argent ,, quelquefois de peintures, dont le plafond est toujours embelli ; en un mot il n'ya pas un coin dans la Maison qui n'offre quelque chose de riant et...
Page 232 - ... jour du troisième mois de l'an 835 , après avoir obtenu du Daïri la création de trois chaires pour l'explication des livres de théologie. Sa mémoire est encore à présent l'objet de la vénération des Japonais. Au mois de novembre 1785, on afficha sur le grand escalier du port de Nagasaki une ordonnance pour célébrer en son honneur une grande fête dans tout l'empire. L'époque en était fixée au...
Page 130 - En chemin, il (le fils en deuil) a sur la tête une sorte de panier de jonc qui lui descend jusqu'aux épaules, et par lequel il peut voir sans être vu, afin de ne pas être obligé de saluer [c.-à-d. de s'arrêter et d'échanger des paroles] en rencontrant des connaissances".
Page xli - Dans les chambres, où il ne peut y avoir de foyer, on y supplée par des pots de cuivre et de terre, qui font à peu près le même effet. Au lieu de pincettes , on se sert de barres de fer pour attiser le feu, ce qui se fait avec la même adresse dont 0ii use de deux petits bâtons vernissés à la place
Page 233 - L'époque en était fixée au vingt et unième jour du troisième mois de l'année suivante, la neuf cent cinquantième depuis la mort de Kobou-daïsi , en comptant à la manière des Japonais. Le dernier morceau de ce volume est la préface du livre de l'Obéissance filiale, d'après l'édition japonaise : voici le motif qui a décidé M. Titsingh à faire cette traduction. Le livre de l'Obéissance filiale avait été perdu, comme...
Page xxxix - Caron ; mais , quand les naturelles manquent , on y supplée par des artificielles. Tout cela fait un effet qui charme l'œil , s'il ne le contente pas autant que feroit une belle architecture.
Page 241 - Le grand-prêtre, qui tient en main un vase de cuivre, répand un peu d'eau sur la tête du néophyte, en prononçant quelques paroles.

Bibliographic information