La femme aux États-Unis (Google eBook)

Front Cover
A. Colin et cie, 1893 - Women - 322 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 149 - ... expliquer en effet un pareil résultat chez un peuple religieux par conviction, froid par tempérament, moral par instinct, profondément respectueux de la femme, à laquelle il reconnaît, outre l'égalité des droits, des privilèges sociaux qu'elle ne possède que dans le nouveau monde? Comment admettre que ces facteurs divers dont chacun, pris individuellement, constitue à lui seul une force morale au service d'une cause sociale, dont l'agrégation représente l'ensemble des conditions requises...
Page 7 - Au lieu do le nommer beau, il eût été plus juste de l'appeler \' inesthétique. » Voilà pour le côté physique; quant au côté intellectuel et moral, cela se vaut, selon lui. « La nature, qui a refusé la force à la femme, lui a donné, pour protéger sa faiblesse, la ruse en partage. » Conclusion : fourberie instinctive et invincible penchant au mensonge. « Le lion a ses dents et ses griffes, l'éléphant et le sanglier leurs défenses, le taureau a ses cornes, la seiche a son encre qui...
Page 6 - Télé du crime, arme du diable. Quand vous voyez une femme, croyez que vous avez devant vous, non pas un être humain, non pas même une bête féroce, mais le diable tn personne.
Page 153 - Etats-Unis, il a soutenu, sans faiblir, le choc des idées modernes; l'indifférence n'y est pas de mise, non plus que l'athéisme n'y est de mode; l'universelle tolérance n'ya pas engendré l'universel scepticisme. Le catholicisme y est ardent, grâce à l'appoint considérable des Irlandais, et le protestantisme y joue un rôle important dans tous les actes de la vie privée et de la vie nationale. Le mal n'est pas là; il est ailleurs. Il est dans la multiplicité des lois relatives au mariage...
Page 320 - Elle a été l'efficace artisan de l'œuvre première ; elle l'a maintenue, étendue, élargie par le temple et l'école. Aux heures difficiles, lors de la guerre de l'indépendance et, plus tard, lors de la guerre de sécession, le patriotisme de la femme a soutenu le courage de l'homme. En toutes circonstances, elle fut sa compagne et son égale. Comme telle, il l'a respectée, et ce respect qu'elle lui a inspiré, par son abnégation et sa vaillance au début, par son intelligence et sa culture...
Page 96 - La flirtalion étant un des moyens de l'atteindre, l'intimité temporaire qu'elle crée entre jeunes gens et jeunes filles est acceptée et respectée. Ils peuvent à leur aise jouer la comédie préliminaire de l'amour, procéder à la répétition avant la représentation, préluder sous une forme sentimentale ou badine à ces attractions confuses qui se précisent ou se dissipent suivant que l'accord ou le désaccord des caractères se révèle dans une demi-intimité, s'isoler au milieu de la...
Page 69 - ... de la famille, à faire œuvre de servante ; elle a des loisirs pour cultiver son esprit, pour élargir le cercle de ses connaissances, et, dans ce domaine que l'homme est contraint, par un labeur incessant qui le prend au sortir de l'école, d'abandonner trop tôt, elle va régner sans conteste et sans rivaux. Aux charmes de son sexe elle unira ceux d'un esprit cultivé, d'une supériorité intellectuelle que, de longtemps, l'homme ne pourra lui disputer.
Page 67 - ... plutôt que révoltés, exilés sans arrière-pensée de retour, emportant tout avec eux : famille, or et traditions, tel fut le point de départ de la colonisation américaine. Dès le début, par la force des choses, par l'isolement, par les dangers affrontés en commun, par le rôle même que les événemens lui imposent et que nous avons retracé, la femme s'affirme l'égale de l'homme, non plus inférieure à lui comme elle l'était alors en Europe, passant de l'autorité paternelle absolue...
Page 70 - MONDES. caprices et ses exigences. Assurée du respect de tous, certaine de trouver en tout homme, quel qu'il soit, un protecteur et un défenseur, de conférer une faveur en demandant un service, elle se meut à l'aise dans cette atmosphère de galanterie, banale à force d'être étendue, qui s'adresse à son sexe plus qu'à sa personne, et dont elle n'hésite pas à réclamer hautement los privilèges.

Bibliographic information