Théâtre des auteurs du second ordre: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au Théâtre français; pour faire suite aux éditions stéréotypes de Corneille, Racine, Molière, Regnard, Crébillon et Voltaire: avec des notices sur chaque auteur, la liste de leurs pièces, et la date des premières représentations ... [Comédies en vers], Volumes 11-12 (Google eBook)

Front Cover
Mame, frères, 1810
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 19 - Chez vous on s'ennuie h périr. Au lieu d'avoir pour émissaire (Montrant Osmin.) Ce prétendu monsieur que je ne puis souffrir, Prenez un officier , jeune , bien fait , aimable , Qui vienne les matins consulter nos désirs , Et nous faire un plan agréable , De jeux , de fêtes , de plaisirs. Pourquoi de cent barreaux vos fenêtres couvertes ? C'est de fleurs qu'il faut les garnir. Que du sérail les portes soient ouvertes , Et que le bonheur seul empêche d'en sortir. Traitez vos esclaves en dames...
Page 48 - N'ai-je pas entrevu l'aigreur d'une rivale ? Quand tout à l'heure encor je vous ai fait sortir, Son dépit à mes yeux s'est-il pu démentir ? De notre tête-à-téte à présent inquiète , Elle hâte son monde , et presse la retraite...
Page 364 - De deux bras potelés les contours gracieux. Tantôt c'est un ruban qui coule, Elmire veut le rattacher; Et d'un soulier mignon fait voir le joli moule ; Alors, comme il faut se pencher, Dans l'attitude un peignoir s'ouvre ; Elle s'en aperçoit, et sa vivacité Le tire .brusquement pour cacher d'un côté Ce que de l'autre elle découvre.
Page 250 - D'un homme , quel qu'il soit. MARIANNE, vivement. Eh bien! qui vous arrête? M. DTJPUIS, d'un ton affectueux et tendre. Rien. Tu vois qu'aujourd'hui j'assure son destin. Ma charge (au prix que je la lui fais prendre) Est un signe évident, c'est un gage certain Pour lui de mon amitié tendre , / • Et qui doit lui prouver à ne pas s'y méprendre Que c'est mon cœur qui le choisit pour gendre... Et même , par malheur, si je mourois demain , Je t'ordonne , entends-tu ? de lui donner la main... (...
Page 27 - C'est donc là le ton de ces gens raisonnables, De ces gens qu'on estime? Ah! qu'ils sont haïssables! Quel accueil ! Par ma foi, les femmes n'ont pas tort, Quand il s'en rencontre un, de le chasser d'abord. Heureusement l'espèce en est rare, et nos belles Trouvent à moissonner des cœurs plus dignes d'elles.
Page 14 - Du plus profond secret supposaient la promesse; Aux mains d'un honnête homme elle a cru confier Le pouvoir de la perdre ou de l'humilier: Des devoirs de l'amant sois quitte , elle est volage ; Le secret en est un dont rien ne te dégage : Elle est femme, elle rompt de perfides liens : Sois homme, tes serments doivent survivre aux siens. Laissons le petit-maître et l'impudent cynique S'abreuver de scandale et vivre de critique , Et , sans frein , sans pudeur, déchirer de leurs traits Celles dont...
Page 8 - Ah ! que son cœur encor ne s'est-il déguisé? Ou véritable, ou feinte, à présent sa tendresse Ne m'offre qu'un triomphe aisé Qui n'a rien de piquant pour ma délicatesse. OSMIN.
Page 57 - Qu'elle compare Votre splendeur, et cet abaissement Où par sa faute elle se trouve. Redoublons nos transports , et qu'ils soient remarqués On est moins affecté des peines qu'on éprouve Que des biens que l'on a manqués.
Page 63 - Jeux d'enfants que tous vos projets : Lorsque la toile tombe, empereurs et sujets. Tous sont égaux et camarades. SOLIMAN. Achevez, achevez; épuisez les bontés D'un maître que vous irritez. ROXELANE, d'un Ion plus grave.
Page 293 - Éraste , vos bienfaits ont des droits sur mon âme , Que rien jamais ne pourra balancer. Vous avez beau vouloir y renoncer, Et ne laisser parler que votre flamme , Plus vous les oubliez, et plus je ra'en souvien...

Bibliographic information