Quand les voyageuses découvraient l'esclavage

Front Cover
Payot, 2009 - Slavery - 263 pages
0 Reviews
Aux XVIIIe et XIXe siècles, des voyageuses de diverses nationalités ont été confrontées aux réalités de l'esclavage en Orient, en Afrique, en Amérique et même en Russie. Leurs récits le nient ou s'en accommodent, l'approuvent ou le condamnent. Aux yeux d'aristocrates telles que Lady Montagu, l'esclavage oriental des harems semble une condition naturelle pour une partie de l'humanité. Sur les plantations des Caraïbes et du sud des Etats-Unis, d'autres observatrices se partagent entre l'angoisse, la révolte et la découverte fascinée des Tropiques, où un tel asservissement peut être perçu comme un supplément d'exotisme. En Afrique, Maria Falconbridge est le témoin privilégié de la fondation dès 1790 d'une communauté d'esclaves libérés à Freetown. Sur ce même continent vers 1860, des épouses d'explorateurs assistent à la capture de Noirs et sont parfois impliquées dans des faits de guerre contre les négriers. S'ajoutent à cette fresque les voyageuses qui dans les colonies et aux Etats-Unis vont commenter l'après-abolition dans toute son ambiguïté.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Le cafard au fond de la tasse de thé
9
VIL Lady Maria Nugent à la Jamaïque 1801
61
Frances Wright aux ÉtatsUnis 1818
69
Copyright

4 other sections not shown

Common terms and phrases

Bibliographic information