De la religion, considérée dans sa source, ses formes et ses développements. 4 tom. [in 2]. (Google eBook)

Front Cover
1830
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 47 - Toute communication est rompue entre le passé, le présent et l'avenir : aucune voix ne se prolonge des races qui ne sont plus aux races vivantes, et la voix des races vivantes doit s'abîmer un jour dans le même silence éternel.
Page 212 - Hébreux avec un mépris mêlé de fureur, jugeaient l'antiquité d'une manière misérablement superficielle , et les Juifs sont de toutes les nations celle dont ils ont le plus mal connu le génie, le caractère et les institutions religieuses. Pour...
Page 38 - Ils font encore des sacrifices au Soleil, à la Lune, à la Terre, au Feu , à l'Eau et aux Vents , et n'en offrent de tout temps qu'à ces Divinités.
Page 301 - prouver , j'ai ouvert les livres où l'homme a , dès la plus « haute antiquité , consigné ses réflexions sur la nature ; et « j'ai fait voir qu'aucun de ces tableaux n'a été oublié.
Page 259 - II ya un état d'amour de Dieu, qui est une charité pure, et sans aucun mélange du motif de l'intérêt propre. Ni la crainte des châtiments, ni le désir des récompenses, n'ont plus de part à cet amour...
Page 203 - Il vous fera payer la dîme de vos blés, et du revenu de vos vignes pour avoir de quoi donner à ses eunuques et à ses officiers.
Page 48 - ... être insolubles, une loi éternelle semble avoir voulu que la terre fût inhabitable, quand toute une génération ne croit plus qu'une puissance sage et bienfaisante veille sur les hommes. Cette terre, séparée du ciel, devient pour ses habitants une prison, et le prisonnier frappe de sa tête les murs du cachot qui le renferme. Le sentiment religieux s'agite avec frénésie sur des formes brisées, parce qu'une forme lui manque que l'intelligence perfectionnée puisse admettre.
Page 286 - How often we forget all time, when lone, Admiring Nature's universal throne, Her woods, her wilds, her waters, the intense Reply of hers to our intelligence ! Live not the stars and mountains ? Are the waves Without a spirit ? Are the dropping caves Without a feeling in their silent tears ? No, no ; they woo and clasp us to their spheres, Dissolve this clog and clod of clay before Its hour, and merge our soul in the great shore.
Page 488 - ... que le sentiment religieux peut revêtir, le christianisme est la plus satisfaisante à la fois et la plus pure. Tel que l'enseignait son divin auteur, il apaise toutes les douleurs de l'âme; il respecte toutes les libertés de l'intelligence, en la délivrant néanmoins de l'angoisse du doute ; et depuis le palais jusqu'à la chaumière , dans sa sympathie ingénieuse et variée, il offre à tous les consolations dont tous ont besoin.
Page 25 - L'homme le plus dominé par des passions actives et personnelles a pourtant, malgré lui, subitement, de ces mouvements qui l'enlèvent à toutes les idées particulières et individuelles. Ils naissent en lui lorsqu'il s'y attend le moins. Tout ce qui au physique tient à la nature, à l'univers, à l'immensité; tout ce qui au moral excite l'attendrissement et l'enthousiasme ; le spectacle d'une action vertueuse , d'un généreux sacrifice , d'un danger bravé courageusement, de la douleur d'autrui...

Bibliographic information