Le cycle mythologique irlandais et la mythologie celtic (Google eBook)

Front Cover
E. Thorin, 1884 - Epic literature, Irish - 411 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Common terms and phrases

Popular passages

Page 414 - DATE DUE BOOK CARD DO NOT REMOVE A Charge will be mode if this card is mutilated or not returned with the book GRADUATE LIBRARY THE UNIVERSITY OF MICHIGAN...
Page 251 - Irlande, on voit également la nature matérielle considérée comme le plus grand des dieux. Ainsi nous avons déjà parlé du serment que Loégairé, roi suprême d'Irlande, vaincu et fait prisonnier par les habitants de Leinster, fut contraint de leur prêter pour obtenir sa liberté. Il prit à témoin le soleil et la lune , l'eau et l'air, le jour et la nuit, la mer et la terre ; il ne parla pas d'autres dieux que ceux-là, et quand il eut violé son serment, ces puissances de la nature, qui...
Page 214 - Les gardiennes d'Ethniu n'osèrent rejeter la prière de la fée. Celle-ci pénétra dans la tour avec Mac-Kineely et fit tomber les douze matrones dans un sommeil magique. Quand elles se réveillèrent, la fée et sa prétendue compagne avaient disparu ; mais neuf moisaprès, Ethniu euttrois fils.
Page ix - ... attachaient au culte de ses dieux, ni, comme les seconds, des païens. Les dieux des Gaulois, comme ceux des Romains sont, à nos yeux, une création de l'esprit humain, inspirée à une population ignorante par le besoin d'expliquer le monde. Il est, par conséquent, très difficile de nous satisfaire, quand on prétend démontrer que deux divinités, l'une romaine, née de la combinaison de la mythologie romaine et de la mythologie grecque, l'autre gauloise et issue du génie propre à la race...
Page 205 - Belléros, en grec, est dérivé de la même racine que le verbe paMw, « je lance, » et que le substantif péXoç, « trait, javelot. » Que lançait le monstre de la mythologie grecque, Chimère ou Belléros ? Un jet terrible de feu ardent (1) . C'est la foudre. Dans le mythe irlandais , le regard que l'œil habituellement fermé de Balar jette sur ses ennemis, et qui les tue, est aussi la foudre. La foudre est un œil ordinairement fermé qui s'ouvre pendant l'orage et dont le regard précipite...
Page 274 - Bregleith , célèbre dans l'épopée irlandaise par son amour pour Etâin , femme d'Eochaid Airem , roi suprême d'Irlande. Oengus fut oublié dans le partage. Il vint s'en plaindre quelque temps après. Dagdé rejeta sa réclamation. Oengus demanda de passer la nuit dans le palais mystérieux de son père à Brug na Boinné. Dagdé consentit , et à la nuit ajouta même gracieusement le jour : il entendait le lendemain. Mais Oengus , une fois installé , prétendit que, le temps n'étant composé...
Page 244 - le vent qui souffle sur la mer ; » Je suis la vague de l'océan ; » Je suis le murmure des flots ; » Je suis le bœuf aux sept combats ; » Je suis le vautour sur le rocher ; » Je suis une larme du soleil ; » Je suis la plus belle des plantes ; » Je suis sanglier par la bravoure ; » Je suis saumon dans l'eau ; » Je suis lac dans la plaine. » Je suis parole de science ; > Je suis la pointe de...
Page 385 - TRIGARANUS du musée de Cluny est un doublet de Cernunnos. Il correspond au taureau du troupeau de Géryon dans la mythologie grecque : par un phénomène d'étymologie populaire , Géryon ou le crieur au triple corps a été changé en trois grues chez les Gaulois ; du reste le thème celtique garano, « grue, » est presque identique étymologiquenent an Géryon grec.
Page 248 - ... créée; puisqu'il ne peut autrement subsister au » titre de créateur. En lui sont en effet, toutes les • choses invariablement et essentiellement; il est » lui-même la division et la collection, et le genre » et l'espèce, et le tout et la partie de l'universa» lité créée (2). » Enfin, « qu'est-ce qu'une idée pure? * selon Jean Scot. « C'est, en propres termes, une théophanie, c'est-à-dire une manifestation de Dieu dans l'âme humaine. » Telle est, au neuvième siècle, la...
Page 304 - Deum maxime Mercurium colunt. Hujus sunt plurima simulacra : hune omnium inventorem artium ferunt, hune viarum atque itinerum ducem, hune ad quaestus pecuniae mercaturasque habere vim maximam arbitrantur.

Bibliographic information