Variétés littéraires: ou Recueil de pièces tant originales que traduites, concernant la philosophie, la littérature et les arts, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
Lacombe, 1768 - Arts
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 2 - A cuvrages & leur réputation (i). On fentit enfin combien il étoit contraire à la dignité de l'efprit humain de fubordonner l'objet aux moyens & la penfée à la mémoire.
Page 252 - Ossian; car il ne voit plus tes rayons, soit que ta chevelure dorée flotte sur les nuages de l'Orient, soit que ta lumière frémisse aux portes de l'Occident....
Page 202 - C'est dans les poemes des Hébreux et des autres peuples orientaux , des habitans de la Scandinavie , du Groenland et des montagnes de l'Ecosse , que l'on verra la poésie sous les couleurs simples et nai've.s que lui a données la nature , et dépouillée de tous les traits étrangers qu'elle a empruntés chez les nations éclairées par les progrès de la raison et des arts.
Page 276 - Oscur , soulage - moi , mon ami , avec ton épée. O fils de Morni ! mon épée ne sera jamais teinte du sang de Dermid. Qui donc est digne de verser mon sang...
Page 259 - C'est ici , c'est sur cette colline que la terre renferme ce couple aimable. L'herbe croît entre les pierres de leur tombeau. Je m'assieds sous l'ombre funèbre qui le couvre ; j'entends le murmure des vents qui agitent le gazon, et le souvenir de ces amans se réveille dans mon âme. Vous dormez à présent ensemble d'un sommeil paisible. Hélas! sur cette montagne , il n'ya de repos que pour vous.
Page 333 - Français n'ont ofé penfer qu'à demi , & les Anglais qui ont volé jufqu'au ciel , parce qu'on ne leur a point coupé les ailes , font devenus les précepteurs des nations. Nous leur devons tout , depuis les loix primitives de la gravitation , depuis le calcul de l'infini , & la...
Page 8 - De -là l'indigence, la foibleflfe , l'imperfedion , en un mot , l'air de délabrement & de ruine que nous fommes forcés de déplorer encore dans les Langues qui fe font formées de la Latine. Des trois Idiomes ( i ) dont elle fut la fource commune , l'Italien arriva le plutôt à la perfection dont il étoit fufceptible.
Page 9 - ... de la Langue Romaine , lui fournit de nouvelles richefles» qui s'accrurent encore par le féjour que les Florentins firent en France , lorfqu'après la déroute de Monte - aperti , ils fe virent forcés de venir y chercher un afyle.
Page 12 - Italienne a confervé prefque tous les procédés, toutes les couleurs , en un mot, toutes les libertés des Langues Grecque & Latine. Elle trouble &. rompt à fon gré l'ordre grammatical & naturel , pour y fubftituer l'ordre...
Page 532 - ... la divinité à laquelle ils dévouent le reste de leurs jours ; c'est leur manitou. Ils l'invoquent à la pêche, à la chasse, à la guerre ; c'est à lui qu'ils sacrifient ; heureux, quand l'objet de ce rêve important est...

Bibliographic information