Paroles d'un croyant, 1833 (Google eBook)

Front Cover
E. Rendeul, 1834 - Christian sociology - 194 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 77 - Et celui-ci vivait tranquille, tandis que le premier ne goûtait pas un instant de repos ni de joie intérieurement. Un jour qu'il travaillait aux champs, triste et abattu à cause de sa crainte, il vit quelques oiseaux entrer dans un buisson, en sortir, et puis bientôt y revenir encore. Et, s'étant approché, il vit deux nids posés côte à côte, et dans chacun plusieurs petits nouvellement éclos et encore sans plumes.
Page 112 - A ces dernières paroles, la jeune fille, tout émue, tomba aux genoux de sa mère, prit ses mains, les baisa et se pencha sur son sein en pleurant. Et la mère, faisant un effort pour élever la voix: Ma fille, dit-elle, le bonheur n'est pas de posséder beaucoup, mais d'espérer et d'aimer beaucoup.
Page 109 - C'était une nuit d'hiver. Le vent soufflait au dehors , et la neige blanchissait les toits. Sous un de ces toits, dans une chambre étroite, étaient assises, travaillant de leurs mains, une femme à cheveux blancs et une jeune fille. Et, de temps en temps, la vieille femme réchauffait à un petit brasier ses mains pâles.
Page 186 - L'exilé partout est seul. Ces chants sont doux , mais les tristesses et les joies qu'ils réveillent ne sont ni mes tristesses ni mes joies. L'exilé partout est seul. On m'a demandé : Pourquoi pleurez-vous?
Page 24 - Ce que voyant, il s'assit plein de tristesse et dit : « Que sera-ce de moi lorsque la nuit viendra et me surprendra dans cette solitude sans nourriture, sans abri, sans aucune défense, à l'heure où les bêtes féroces sortent pour chercher leur proie...
Page 105 - Lorsque la tempête vient, on entend sur le rivage un sourd bruissement, et les flots s'agitent comme d'euxmêmes. Les innombrables pensées diverses qui se croisent et se mêlent à l'horizon du monde spirituel sont le signe qui annonce le lever du soleil des intelligences. Le murmure confus et le mouvement intérieur des peuples en émoi sont le signe précurseur de la tempête qui passera bientôt sur les nations tremblantes. Tenez-vous prêts, car les temps approchent.
Page 106 - Les rois hurleront sur leurs trônes : ils chercheront à re« tenir avec les deux mains leurs couronnes emportées par les « vents et ils seront balayés avec elles. « Les riches et les -puissants sortiront nus de leurs palais, « de peur d'être ensevelis sous les ruines.
Page 32 - Et , continuant de les tromper de la même manière , l'homme méchant augmenta toujours plus leur travail et diminua toujours plus leur salaire.
Page 169 - Que tes armes soient bénies, jeune soldat ! Jeune soldat, où vas-tu ? , Je vais combattre pour...
Page 71 - Vous dites que vous aimez, et il ya, en grand nombre, des malades qui languissent, privés de secours, sur leur pauvre couche, des malheureux qui pleurent sans que personne pleure avec eux, des petits enfants qui s'en vont, tout transis de froid, de porte en porte demander aux riches une miette de leur table, et qui ne l'obtiennent pas.

Bibliographic information