Cerardi Joanrits Vojfii Hijlorict Pelagiana. Amjîelodctmï I^j" J. in 4°.

CEtte Histoire parut pour la premiere fois l'an \6\%. & acquis dès lors à son Auteur une grande reputation. Depuis il l'augmenta de près d'un tiers,-& la mit au rang de ses Ouvrages retouchez. Etant venu à mourirquelque temps après, Monsieur son fils apprenant qu'il ne se trouvoit plus d'exemplaires de cette Histoire , la fit réimprimer avec les Additions de M. son Père l'an 165 5. &la dédia à M. Bochart. Comme le sujet de cette Histoire est extrêmement important, & que l'on ne fçauroit sçavoir trop à fond les sentimens de Pelage & de ses disciples, je conseillerois volontiers à ceux qui font Bibliothèque 3 de joindre à cette Histoire de Voulus, ce qu'a écrit fur cette matière le sçavant & infatigable Usserius; mais siiT tout la belle Histoire Pelagienne du Père Noris Augustin, qui est aujourd'hui Professeur en Histoire Ecclésiastique à Pise. Cette Histoire fut d'abord imprimée à Padouè l'an 1673. in folio, ensuite à Paris mais aussitôt supprimée , ( M. Leti au troisième tome de son Italia régnante dira pourquoi ) & enfin en Hollande, qui est l'édition la plus ' commune. Ce Père Noris travaille présentement à l'Histoire des Donatistes, qui fera un plus gros volume que celle des Pelagiens,; comme nous l'apprend M. Cinelli, ée l'Académie des Apetistes, dans fa Préface fur les Poésies de Chiabrera. M. de Valois a aussi fait l'Histoire des Donatistes, mais en racourci r Elle se trouve à la fin de son EuseSe. Passons à quelques remarques fur PHÏstoire de Vossius. Pag. 3 2. il prétend qu'il y ait une insertion dans un passage deCassiodore surlePseaume 69- touchant Cassien. Cependant il ne faut qu'ôter le point qui est dan* ce* passage après le mot généralité/. C'est ce que confirme l'édition de Cassiofdore de Paris de l'an ijrp. qui est beaucoup plus eorrrecte que celle de Baflede 14^ 1. dont Vossius s'est servi. De plus, pourquoi ne pas vouloir que Cassiodore ait dit de Casfi en j non Jèquendus in omnibus generd' liter Cajsianus , puisqu'au livre de d> vinis LaÇlionilms: ç-29. il ne fait point de difficulté de dire, Cajsianus de liber 0 lArbitriQA B'. Projpero jure culpatm ejl. Unde monemus ut in rebus talibus txcedentem jub cautela légère debeatis. A la page 241. Vossius cite le Traité de Virginitate Marine , comme étant d'Ildephonfe de Tolède, C'est" ce qu'avoit fait avant lui le Cardinal Hellarmin, & depuis , le Cardinal Bona dans sa'Psalmodie. Mais le Père Dachery, Bénédictin, à qui la Re-, publique des Lettres est il obligée, nous a découvert que ce Traité étoit de Paschase Ratbert, Abbé de Corbie, & l'a inféré fous ce nom au douzième tome de son Recueil. Enfin à la page 530. Voflius dit que le Discours de Clement d'Alexandrie, touchant le Salut des personnes itches, S'est perdu avec d'autre* Pie«; ces du même Auteur. Ce Discours se trouvoit pourtant du temps de Voulus; ayant été publié dès .l'an 1622. par MichelOhiflerius dans la Chaine fur Jeremie , «nais fous Iq nom d'Origene: Dequoi il s'est retracté dans la Préface de cette Chaine: A quoi n'a pas pris garde M. Pearson dans son Apologie pour les Epitres de S. Ignace pag. 96. & 168. d^Taseconde partie. Depuis, le Père Combefis , Jacobin, à qui nous devons tant de Pièces deques, nous a aussi donné celle-ci, sous le nona •de son veritable Auteur. Dans ce Discours de Clément, il y a une histoire assez singulière touchant S. Jean le Théologien, qui est différemment rapportée par S. 1 renée, dans un beau fragment qui nous a été conservé par le Moine Antiochus au 122. de ses Sermons.

1. II n'y a eu aucune édition en Hollande de l'Histoire Pelagienne du Père Noris; & depuis celle de Padouë de 16j 3. il y a eu l'édition d'Allemagne 5 fans nom

Seville, Juxtà exemplar Patavinum léyj. in fol. & celle de Louvain et» 170*. que Çolomiés ne pouvoit avoir vue", puisqu'il étoic mort dà>

'Cerardi Joannis Vojfii Theses Theologies <CT Hiftoricœ. Ha~ Comitis l6$8. in 4°.

VOici les Thèses les plus modérées flui ayent été faites par les Protestans. C'est dommage qu'elles sont si pleines de fautes. Quelque Imprimeur de Hollande ne feroit pas mal de les faire corriger par quelque habile homme, & de les réimprimer en fuite* en y joignant les Thèses de Baptifmo qui ne se trouVent plus, les Dissertations de tribus

« PreviousContinue »