vous me prouvez que vous n'êtes pas joueur d'Échecs?—J'arrive de province.... et je ne sais que la marche. — A la bonne heure.— Eh bien ! — Cet homme qui prend quatre prises de tabac à la minute, qui en couvre sa cravate, sa veste, sa culotte et l'échiquier, qui tourne la mâchoire de temps en temps, cet homme est le fameux Léger, le successeur de Philidor— il cède un Pion à ce sexagénaire et le gagne. Cependant nous concevons de son partenaire de grandes espérances, et moi, personnellement, je parierais

ma Reine contre votre Fou qu'avant quatre ans, il pourra jouer

à but avec Léger.,., oui, ce fameux Léger Ce petit homme en

habit gris un peu râpé, et en culotte noire devenue jaune, qui, placé derrière eux, suit leur partie en haussant les épaules, est Cartier, l'antagoniste, le rival de Léger; ils ont joué dix ans ensemble, et pendant ces dix ans, ils n'ont fait que des parties nulles Enfin, il y a six mois que Léger en gagna une Carlier

prit sa revanche le lendemain Depuis ce moment, ils respectent assez leur réputation; il se respectent assez eux-mêmes pour ne plus jouur l'un contre l'autre.. .. Et puis, il y a eu des propos Des gens mal intentionnés ont rapporié à Carlier que ger s'était vanté de lui céder le trait..... Oh! si nous n'avions

étouffé l'affaire, elle eurait eu des suites mais elle s'est fort

bien passée; quoique, depuis ce temps, ils ne se parlent jamais. »

u Je m'approchai de la table de Léger; il parcourait du doigt toutes les cases de l'échiquier l'une après l'autre, et disait à son

adversaire : Monsieur, vous avez vous avez,... vous avez,....

vous avez mal joué? J'ai joué, répondit l'autre, j'ai joué,.... j'ai joué,.... j'ai joué le jeu ? — Vous ne l'avez pas joué,.... vous ne l'avez pas joué 1.... et la preuve ;.... et la preuve; c'est que vous êtes mail — Ah ! mon Dieu! s'écria douloureusement l'autre, en faisant, d'un coup de poing, voler les Échecs à la tête des assistants Au reste, je m'y attendais;.... je le prévoyais. Vous perdiez, Monsieur, si au troisième coup j'avais faitavancer de deux pas le Pion de la Tour;.... si, au sixième coup, j'avais couvert mon Roi avec le Fou de la Reine ; si, tout à l'heure, j'avais donné échec à votre Roi avec mon Cavalier; et si.... Je n'entendis pas le reste

de ces si; je m'en allai en songeant à la nouvelle espèce

d'hommes que je venais de voir. Elle forme un peuple isolé au

milieu du peuple Un joueur d'Échecs ne s'occupe point des

nouvelles de la guerre; quand on mène bien une partie d'Échecs, on commande bien une armée.... Des nouvelles politiques: qui

sait conduire son jeu sait gouverner un état De ses affaires

personnelles; qui joue aux Échecs est au-dessus des détails de ménage. »

Si le récit qu'on fait sur un certain Brahmine de Madras est vrai, Jes exploits de Paulsen et deMorphy dans le jeu à l'aveugle, si surprenants qu'ils soient, se trouvent singulièrement éclipsés. Les Taits suivants sont extraits d'un journal indien, par le docteur Forbes, dans son histoire des Échecs, et nous sont transmis par YEvening Bulletin, de Philadelphie.

Bellary. — Un Brahmine a fait preuve dernièrement à Bellary d'une puissance de mémoire tout à fait extraordinaire. Il est capable d'appliquer son attention, avec une entière lucidité, sur plus de douze sujets différents à la fois. Il a donné, il y a quelques jours, une exhibition de la merveilleuse faculté qu'il possède, devant une nombreuse assemblée, composée des habitants les plus notables de la ville. Dans cette séance, il a commencé par jouer deux parties d'Échecs sans voir, tout ensuivant attentivement une partie de cartes qui se faisait à une table voisine. Pendant qu'il était engagé dans cette double occupaiion, plusieurs assistants lui lisaient des vers dans les différents idiomes de Tamul, Telegar, Marhatta, et dans les langues indoue, persane et sanscrite; ces vers, lus pêle-mêle et pour ainsi dire sumultanément, portaient chacun leur numéro d'ordre. En outre, trois jours pris dans le calendrier indou lui furent désignés avec les détails se rapportant à chacun d'eux; une cloche fut sonnée dans la salle, et en même temps plusieurs petits projectiles étaient lancés contre le dos du Brahmine.

Tous ces exercices occupèrent environ trois heures, après lesquelles il resta pendant un certain temps entièrement recueilli et silencieux. Puis, à la stupeur profonde de tous les assistants, il récapitula chaque coup d'Échecs, nomma chaque carte jouée, en désignant par qui elle l'avait été, répéta correctement et dans leur ordre, tous les vers sans se tromper d'un mot, donna exactement les trois jours du calendrier; et pour couronner ce tour de force inouï, il indiqua le nombre de coups que la cloche avait sonnés et la quantité de projectiles qui avaient frappé son dos.

Ce Brahmine a donné plusieurs séances de ce genre à Bombay, Poona et autres villes, et il s'appuie, entre autres témoignages, sur celui de lord Elphinstone.

ETUDES THÉORIQUES ET PRATIQUES.

(Suite.)

Démonslralion du mat par le Fou et le Cavalier.

Constitution de la position préparatoire (voir diag. 2 p. 314).

Les Blancs peuvent toujours la prendre forcément. Un moyen simple pour cela est d'interdire au Roi noir les quatre cases centrales en portant le C à la troisième case de la grande diagonale qui est de la couleur du F, et en plaçant le F sur cette même diagonale, pour défendre le C et les deux autres cases du centre (voyez diagramme î).

Diagramme 1.

[merged small][table]

Blancs.

La position préparatoire étant établie, il ne reste plus qu'à poursuivre le Roi noir par l'action combinée du R et du F, qui suffit toujours pour pousser le R ennemi dans la position intermédiaire, page 313, excepté quand le R noir occupe la cinquième case de son F. C'est la position que nous analysons ici. C'est la seule variante où le C entre d'abord en action pour obtenir la position intermédiaire, ainsi que nous l'avons dit, soit donc la position:

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[graphic]
[table]

Blancs.

Nota. Le F pourrait être partout ailleurs, et, on pourrait le ramener où il est maintenant, si le R noir voulait garder sa position. Cependant le F est toujours placé d'abord efficacement sur cette exagonale de sa couleur.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

SI le Roi jouait à 6« F, les Blancs forceraient la position décisive, page 314, par k. R 3« D, comme nous le verrons dans une autre variante.?

U. R 5« R. | k. R 3« G.

Si le R noir allait à 5« T, les Blancs joueraient R 5« FR, et s'il choisissait ensuite la 6« case de la T, les Blancs répondraient par R 5«G,éch. àladéc, forçant la position décisive, voyez var. (A). Les Blancs répoudraient également parR 5« FR à ce W coup des Noirs R W T, et gagneraient des temps.

5. Cd«D. | pour interdire les deux cases k" CR et 5« TR au R noir.

[ocr errors][merged small][merged small]

Il faut remarquer cette manœuvre du F, souvent usitée dans les autres variantes et qui sert à gagner du temps pour restreindre le terrain.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

Position décisive qui conduit directement au mat. Voir notre démonstration ci-après:

[merged small][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »