suivoient Iésus-Christ,& voici toute la terre qui court apres la Bête.

Chap. 13. v. 7. & 8. Il Iuy íut aussi don* né de-íaire guerre contre les Saints, & les vaincre : aussi luy fut baillée puissance sur route lignée, &c nation, & tous ceus qui habitoient en la terre l'ont adoré, desquels les noms ne sont point écrits au livre de l'Agneau, occis dés le commencement du monde. Leíìeur,con/ìderez, -comme il estpossible que tous les habitant de la terre adorent la Bête, & qu'en même tems la multii tude fondu côté de l'Eglise.

Chap.^l v. 1. & 2. Vien, je te montro tai la dannation de la grande paillarde , laquelle fe sied sur plusieurs eaux, avec la* quelle les Roi<s^de la terre onrpaillardé <Se ceux qui habitent en la terre , & fe font enyvrez du vin de fa paillardise. ll Esprit de Dieu aveit predit que les Rois-tfr les peuples adhereroient aus idolatries de la grande paillarde. Ceci n'a point besoin de commentaire.

Vers. 15. Les eaux que tu as veucs, où la Paillarde fe íîed, font peuples, &c gens, & langues.Notez, que la Paillarde comma24e à Ugrande multitudes plufiears peuples (fr nations. C'est dequoy se vante l'Eglise Romaine. '

XIII.

Oue la felicite temporelle est une marque dèÌEglise. Bell. De Ecclesia, A4. c. iS.

COntre ce qui est écrit en S.Iean'cb. 18. v. 36. Mon regne n'est point de ce inonde. Maù le regne du Pape s'apele La gloire du monde. Car loi.s que l'on met la triple couronne sur sa tête, le maître des Ceremonies brûlant de l'étmpe crie par trois fris, Pater sencte, sic transit gloria mimdi^ Sacrar. Ce-rem. S. R. E-l. i.seíì. 2.

Píêaume 44. v. 14. Toure la gloire da la fille du Roi est par dedans. Mais de celle

Í[ui dit en son cœur, le sieds Reine & ne iiis point Veuve , & nc verrai point da deuil, Apoc. 18. 7. toute la gloire toute la magnificence est en dehors.

En S. Math. chap. 7. v.14. La porte est étroite, &; le chemin étroit qui mene à li vie. Notez, que le chemin & l'entrée de'Paradis est dificile. Mais c'est la porte large & le chemin spacieux qui méne à perdi7 rion. v. 13. .

G 3 En

En S. Math. chap. 16. v. 24, Si aucun vent •venir apres moi, qu'il renonce à soi-même., & qu'il prene sa croix Oc me suive. Ce n'est pas une croix d'or ou d'argent, mais l'astiÛion tour l'Evangile. >- , j

Chap. 24. v. 5» Ils.vous livreront pour erre affligez, & vous tueront, & ferez haïs de toutes gens à cause de mon Nom. Si ftous n' étions hais & persecutez, pour la profejjìen de i'Evangile,nous neserions pas ajfu*rez, d'être de la vtaye Eglise, c .

En S. lean ch. iç. v. 20. Ayez souvenance de la parole que jevous ai dite, Le setvi-: teur n'est point plus grand que son maître: s'ils m'ont persecuté, aussi vous persecuteront-ils. La vie de notre Seigneur Iesus^ Christ a été une persecution continuelle. OrDieu veut que nous soyons conformes à l'i-, mage de son Fils, Rom. 8. 29,

Chap. 16. v. 2. Ils vous feront fans synagogues : même le tems vient que quiconque vous fera mourir, pensera Faire service à Dieu. Nos peres n'ont que trop éprouvéles efets de ce z,ele furieus.

Chap. 16. v. 20. En verité, en verité je vous di, que vous pleurerez 8c lamenterez, & le monde s'éjouïra : Yous ferez contristez, rristez, mais vôtre tristesse fera convertie en joye. Toutes choses ont leur saison, Eo cles. 3. 1. Le inonde rit maintenant, mais un your il grincera les dens.Nous pleurons ieibas, & là-haut Dieu ejfuyera nos larmes , Apoc. 7.

Aus Actes chap. 14. v. 21. & 22. Paul & Barnabas retournerent à Lystre, en Iconie,, & Antioche, confirmans les courages des disciples, & les exhortans de demeurer en la foi ;& que par plusieurs tribulations il .nous faut entrer au Royaume de Dieu. Si donc nous n'étions point astigez,, nous ne croirions pas être au chemin du Royaume des Cieux.

'En la 2. à Timor, chap. 3. v. 12. Tous cens aussi qui veulent vivre en la crainte de JeÍùs-Christ, fou friront feikcaúon,Maisles enfans de Babylone se glorifient de ce qu'ils font en delices, Apoc. 18. 7.

En l'Apoc. ch. 12. ^14.15. êé-Ht:Quand le dragon eut veu qu'il étoit dejeté. en terre , il persecuta la femme qui avoit enfante le mâle. Mais deux ailes d'une grand• aigle furenr données à la femme , afin qu'elle s'envolât de devant le ferpent au desert, çn son lieu, là où elle est nourrie

C 4 par par tin tems,& par destems, &moifíé de tems. Et le serpent jeta de l'eau comme un fieuve de sa gueule apres la femme, afin qu'il la fit emporter par le fleuve. Notez, que le dragon qui jete des eaux apres la femme, represente la fureur du Diable, qui ex-, cite les peuples contre l'Eglise, laquelle Dieu nourrit longuement dans le desert.

Chap. 13. v. 7. Il luy íut aussi donné ( a la Bête ) de faire guerre contre les Saints, & les vaincre. Ok étoit alors lit prosperité de l ' Eglise?

Chap. 17. v. 4. La femme ( la grandi paillarde) éroit acoûtrée de pourpre &c d'écarlate, & ornée d'or, & de pierres precieuses^ de perles: tenant en fa main une coupe d'or, pleine d'abomination & d'ordure de fa paillardise. C'est la description de laspltndeur & de la corruption de Rome.' Çr voici s equipage des fideles Martyrs.

Aus Ebf. chap. n.*v. 36.37. & j§. Et les autres ont esté éprouvez par moqueries & fcatures ; davantage aussi par liens & prions ; ils ont esté lapidez ;ils ont esté sciezi jls ont esté tentez : ils ont esté mis à mort par occision de glaive : ils ont cheminé

ài vêtus de peaux de brebis & de che

VïCÍ.' ,

« PreviousContinue »