Exposition de la doctrine de Leibnitz sur la religion: suivie de pensées extraites des ouvrages du méme auteur (Google eBook)

Front Cover
Chez Tournachon-Molin et H. Seguin, 1819 - 439 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 203 - Jésus-Christ et nécessaires au salut du genre humain , quoiqu'ils ne le soient pas tous pour chaque homme en particulier; savoir, le baptême , la confirmation , l'eucharistie, la pénitence, l'extrêmeonction , l'ordre et le mariage...
Page 427 - Une, la justice n'est autre chose que la charité du sage. Que la charité est une bienveillance universelle, dont le sage dispense l'exécution, conformément aux mesures de la raison, afin d'obtenir le plus grand bien. Et que la sagesse est la science de la...
Page 394 - J'avois coutume, dans les discours, de répondre aux objections de M. Bayle , et de faire voir à la reine qu'elles n'étoient pas aussi fortes que certaines gens , peu favorables à la religion , vouloient le faire croire.
Page 370 - Il n'a pas eu assez de vue pour en faire un mouvement perpétuel. Cette machine de Dieu est même si imparfaite, selon eux, qu'il est obligé de la décrasser de temps en temps par un concours extraordinaire , et même de la raccommoder, comme un horloger son ouvrage , qui sera d'autant plus mauvais maître qu'il sera plus souvent obligé d'y retoucher et d'y corriger.
Page 176 - ¿Quoigitur loco manebit consilium Gamalielis, qui de christiana religione et Providentiae voluntate ex eventu Judicandum dictitabat ; aut quid de ipso christianismo judicabitur, si lapidem hunc Lydium parúm adeo sustineret?
Page 35 - Christ, comme l'oint du Seigneur, et le Roi ou le Messie , le restaurateur du genre humain, depuis long-temps promis par les oracles des prophètes. Les saints Pères expliquent très bien le mystère de l'incarnation par la comparaison de l'union de l'ame avec le corps. Car, de même que l'ame et le corps sont un seul homme , de même Dieu et l'homme sont un seul Christ : avec cette différence, que l'ame participe en quelque chose aux imperfections du corps , au lieu que la nature divine ne peut...
Page 140 - Illud vero diligenter doceant episcopi, per historias mysteriorum nostrae redemptionis, picturis vel aliis similitudinibus expressas, erudiri et confirmari populum in articulis fidei commemorandis et assidue recolendis; tum vero ex omnibus sacris imaginibus magnum fructum percipi, non solum quia admonetur populus beneficiorum et munerum, quae a Christo sibi collata sunt, sed etiam, quia Dei per sanctos miracula et salutaria exempla oculis fidelium subiiciuntur, ut pro iis Deo gratias agant, ad sanctorumque...
Page 406 - ... jugement sur mes essais philosophiques, et particulièrement à l'égard de l'union et commerce de l'âme et du corps; car la considération de l'infini entre extrêmement dans mon système, mais un peu autrement pourtant, que de la manière qu'on le prend dans les infiniment petits, que je considère comme quelque chose de plus idéal. M. Bayle ayant marqué qu'il seroit bien aise de voir ce que je répondrois aux...
Page xiii - C'est ce qui me fait desirer que la séparation qui s'est faite cesse avec les causes qui l'ont occasionée : mais on ne peut pas mettre au rang de ces causes la primauté de l'évêque de Rome, réglée par les canons , selon les canons , de l'aveu même de Mélancthon, qui croit de plus que cette primauté est nécessaire pour maintenir et conserver l'unité : et cela n'est point soumettre l'Eglise aux caprices de l'évêque de Rome, mais rétablir un ordre qui avoit été sagement établi. Grotius...
Page 91 - ... reprehendendi causam superfore. Sciendum igitur est obligationem et jus nobis respectu Dei, non nisi analogia quadam tribui. Omnia enim Dei sunt, quia creavit et conservat, et solus sapienter gubernare potest. Itaque ex ipsa vi summae perfectionis , sive summae sapientiae ac potentiae, Deus naturaliter omnium envers Dieu, lorsqu'il s'est acquitté à l'extérieur de quelques pratiques usitées , avec cette froide habitude qui ordinairement n'est accompagnée d'aucun zèle , d'aucun sentiment....

Bibliographic information