Élisabeth: ou Les exilés de Sibérie

Front Cover
G. R. Lockwood, 1867 - 160 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 6 - Tobolsk est de plus de cinq cents verstes. Placé jusqu'à la dernière limite du cercle, au milieu d'un pays désert, tout ce qui l'entoure est sombre comme son soleil, et triste comme son climat. Cependant le cercle d'Ischim est surnommé l'Italie de la Sibérie, parce qu'il a quelques jours d'été, et que l'hiver n'y dure que huit mois; mais il y est d'une rigueur extrême. Le vent du nord qui souffle alors continuellement, arrive chargé des glaces des déserts arctiques, et en apporte un froid...
Page 37 - Parlez, parlez, lui dit-il, impatient d'obéir : que pouvezvous demander qui ne soit au-dessous de ce que je voudrais faire? — Ces obstacles, les voici, répondit Elisabeth: j'ignore la route que je dois prendre, et je ne suis pas sûre que ma fuite ne nuise pas à mon père ; il faut donc que vous m'indiquiez mon chemin, les villes que je trouverai sur mon passage, les maisons hospitalières qui recueilleront ma misère, le moyen le plus sûr de faire passer ma requête à l'empereur ; mais, avant...
Page 23 - Elisabeth pouvait être sensible, et c'eût été le dernier terme du malheur pour son cœur paternel que de voir sa fille atteinte par la secrète douleur d'un amour sans espoir. Un soir, plongé dans ses rêveries, la tête entre ses deux mains, le coude appuyé sur le poêle, il poussait de profonds soupirs.
Page 50 - Moi, moi, je leur rendrai ce qu'ils regrettent... !' Mes parents, si vous m'arrachez cette espérance, vous m'arrachez la vie. Privée de cette pensée, où toutes mes autres pensées venaient aboutir, je ne verrai plus de but à mon existence, et mes jours...
Page 19 - Springer ne pouvait se résondre à refuser l'hospitalité à son libérateur; mais il avait promis, sur la foi de l'honneur, au gouverneur de Tobolsk , de ne recevoir personne dans sa demeure, et il lui était affreux de manquer à un pareil serment. Il proposa au jeune homme de l'accompagner jusqu'à Saïmka.
Page 92 - Maître du plus vaste empire de l'univers, lui disait-il, vous qui allez jurer de présider aux destinées d'un état qui contient la cinquième partie du globe, n'oubliez jamais que vous allez répondre devant Dieu du sort de tant de milliers d'hommes , et qu'une injustice faite au moindre d'entre eux, et que vous auriez pu prévenir, vous sera comptée au dernier jour. » A ces paroles, le cœur du jeune empereur parut vivement ému : mais il y avait dans l'église un cœur qui n'était pas moins...
Page 100 - C'en est assez, arrêtons-nous ici, reposons-nous sur ces douces pensées. Ce que j'ai connu de la vie, de ses inconstances, de ses espérances trompées, de ses fugitives et chimériques félicités , me ferait craindre, si j'ajoutais une seule page à cette histoire, d'être obligée d'y placer un malheur.
Page 3 - Moscou, j'ai beaucoup diminué ses dangers, et par conséquent son mérite ; mais si peu de personnes savent ce qu'un enfant pieux, soumis et tendre, est capable de faire pour ses parents, que si j'avais dit toute la vérité, on m'aurait accusée de manquer de vraisemblance...
Page 69 - Dieu !" répétait le missionnaire en la regardant avec une profonde compassion. A la fin, comme il vit que IH violence de sa douleur allait toujours croissant, il lui dit : " Au nom du ciel et de votre père, calmez-vous, ma fille, et écoutez-moi." Elisabeth tressaillit, étouffa ses cris, essuya ses larmes, et, les yeux fixés sur le religieux, attendit avec respect ce qu'il allait lui dire ; il s'appuya contre la planche qui servait de dossier à son lit, et, recueillant toutes ses forces, il...
Page 80 - L'exilé leva les mains au ciel, et tomba à genoux devant elle : " Ange qui m'as tout donné, lui dit-il, ne puis-je rien pour toi ?" Un couteau était sur la table ; Elisabeth le prit, coupa une boucle de ses cheveux, et la donnant à l'exilé, elle dit : " Monsieur, puisque vous allez en Sibérie, vous verrez le gouverneur de Tobolsk ; donni-z-lui ceci, je vous en prie : Elisabeth l'envoie à ses parents, lui direz vous.

Bibliographic information