Étude sur la lèpre tuberculeuse ou éléphantiasis des Grecs

Front Cover
A. Delahaye, 1871 - Leprosy - 147 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 81 - Parmi la foule de spédalsques que nous avons observés par centaines et que nous avons journellement fréquentés, il n'existe pas un seul exemple que le mal se soit étendu par la contagion. Nous connaissons beaucoup de mariés dont l'un a été spédalsque, qui ont vécu nombre d'années ensemble, et conjugalement, sans que l'autre ait été attaqué de la maladie. C'est aussi un grand bonheur pour...
Page 63 - Le laryngoscope, entre les mains de Moura-Bourouillou, et l'examen microscopique ont fait constater sur le larynx des lésions en tout semblables à celles de la peau. Ce sont d'abord des changements de coloration faciles à apercevoir sur les cordes vocales • qui, normales, ont une coloration si caractéristique. A ces taches succèdent des tubercules ou granulations tuberculeuses qui peuvent ressembler, à une certaine époque de leur évolution, à des papilles syphilitiques, mais en diffèrent...
Page 45 - Affections de la peau. Les accidents que les lésions traumatiques des nerfs sont capables d'occasionner du côté des téguments sont de deux espèces : 1° Les premiers consistent en des éruptions de forme variable, mais surtout vésiculeuses ou huileuses. Nous citerons en premier lieu le zona, qui s'observe fréquemment en pareil cas, et que l'on pourrait désigner, à cause de cela, sous le nom de zona tranmatique.
Page 81 - ... conjugalement sans que l'autre ait été attaqué de la maladie. De même à l'hôpital Saint-Georges, il a vécu beaucoup d'individus sains eu compagnie de spédaUques plus de trente ans sans être affectés de celte maladie.
Page 52 - ... de nouvelle formation. Ce fait aide à comprendre les sensations de fourmillements ou de picotements, ainsi que l'exagération de la sensibilité à la pression dont se plaignent la plupart des lépreux. Rendu, qui a tracé en quelques lignes une excellente description de cette...
Page 72 - ... cartilagineuse; la substance grise est devenue d'une couleur jaunâtre. Il y aurait, d'après les médecins suédois, une raréfaction des cellules ganglionnaires de la substance grise, et une varicosité des filets nerveux primitifs, surtout dans les points sclérosés.
Page 77 - France à notre époque sont relatives à des cas de lèpre spontanés, présentés par des individus le plus habituellement d'origine européenne, mais ayant séjourné plusieurs années dans les régions du globe où la lèpre est endémique ; ou par des individus nés dans ces régions et les ayant habitées jusqu'à un certain âge. Les...
Page 57 - Dans la peau, on aperçoit aussi un épaississement de la gaîne névrilématique des petits filets nerveux qui tombent sous le champ du microscope.
Page 47 - Malphigi persiste; cà et là ses prolongements interpapillaires pénètrent plus profondément dans le derme; ses cellules ont du reste leurs caractères normaux et se colorent au carmin, comme d'habitude.
Page 91 - Walther, qui dirigeait les expériences) de 5 centigr. à 1 gr., produit des effets diurétiques, une stimulation générale, puis un prurit intense; à la dose de 1 à 2 gr., suscite des vertiges très-marqués avec céphalalgie, quelquefois même de la dysentérie.

Bibliographic information