Étude sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oil: (avec une carte)

Front Cover
Imprimerie nationale, 1876 - French language - 63 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - O origine que la précédente : il semble que l'organe des habitants des pays d'oil épuise tout son effort sur un son, et devienne incapable, après avoir appuyé sur une voyelle, d'articuler aussitôt une autre voyelle sonore. C'est ce que M. Gaston Paris appelle « l'incapacité de l'organe des Français à porter l'accent autre part que sur la dernière syllabe 3...
Page 23 - Molte-Landeron et Monségur. 11 n'entrait pas dans notre plan de nous occuper des enclaves, et d'ailleurs cette région est l'objet des études de nos confrères MM. Boucherie et LéoDrouyn '. La seconde est une bande de terrain côtoyant le domaine de la langue d'oc entre la Gironde et Coutras. Les paysans gascons appellent souvent...
Page 26 - La premiere flotte forcément, sur presque tous les points de son parcours, entre deux centres de population. Si nous la faisons quelquefois passer sur un village, c'est afin d'indiquer que, de temps immémorial, on parle à la fois les deux langues dans cette localité.
Page 43 - ... conjugaison marchoise recueillis de diverses bouches. manière plus ou moins imparfaite; mais le défaut d'imagination, d'originalité, d'initiative de ces populations n'est pas sans relation avec le défaut d'une vraie langue maternelle, dans l'acception la plus exacte et la plus intime de ce mot. Ce n'est pas sans un sentiment pénible que nous avons vu ces villages privés de coutumes caractérisées, de poésies populaires, de chansons locales, de tout ce qui donne tant de charme et de fraîcheur...
Page 47 - Limousins et des Charabias, suivant leur expression, que de celui des Angoumois, des Poitevins et des Berrichons. » L'existence de cet idiome mixte, qui semblerait tout d'abord un argument en faveur de la fusion graduelle et insensible des langues, peut donc au contraire être invoquée contre cette hypothèse. La population marchoise (en donnant à ce mot son acception linguistique), dont les aptitudes phoniques sont tout à fait conformes à celles des habitants des pays d'oil, mais qui use d'un...

Bibliographic information