Études de philologie comparée sur l'argot et sur les idiomes analogues parlés en Europe et en Asie

Couverture
Firmin Didot Frères, Fils et Cie, 1856 - 516 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 128 - Si n'y eust nul , tant fust-il empesché , Qui ne courust pour voir l'esprit immonde. Lors une bourse assez large et profonde II leur desploie , et leur dit : Gens de bien , Ouvrez vos yeux; voyez, y at-il rien? Non , dit quelqu'un des plus près regardans.
Page 25 - C'est une langue factice, dont le secret consiste a former des phrases composées de mots étonnés d'être ensemble, et qui ne présentent aucune espèce de sens imaginable, quoiqu'elles semblent se rapporter à un sens suivi et continu. Les deux plaidoyers de Rabelais peuvent en donner quelque idée.
Page 345 - L'Art de péter, essai théori-physique et méthodique, à l'usage des personnes constipées, des personnages graves et austères, des dames mélancoliques, et de tous ceux qui sont esclaves du préjugé, suivi de l'histoire de Pet-en-1'air et de la reine des Amazones, où l'on trouve l'origine des Vuidangeurs.
Page xvi - Dictionnaire d'argot, ou guide des gens du monde, pour les tenir en garde contre les mouchards, filoux, filles de joie, et autres fashionables et petites maîtresses de la même trempe, par un monsieur comme il faut , ex-pensionnaire de Sainte-Pélagie.
Page xxi - Argot et Jargon. Première et seule édition de l'argot et Jargon des filous qui n'est intelligible qu'entre eux, par Alexandre Pierre, directeur de l'administration des recherches et renseignements, rue des Noyers. 27, à Paris.
Page 57 - Un gros asne pourveu de mille escus de rente. Ce mal-heur est venu de quelques jeunes veaux Qui mettent à l'encan l'honneur dans les bordeaux, Et, ravalant Phœbus, les Muses et la...
Page xviii - On a prétendu que toutes les prostituées de Paris avaient un argot ou un jargon qui leur était particulier et à l'aide duquel elles communiquaient ensemble comme les voleurs et les filous de profession qui ont passé dans les prisons une partie de leur vie ; ceci m'ayant été assuré par différentes personnes en apparence très instruites, et en particulier par des élèves de l'hospice des Vénériens, j'ai dû prendre à ce sujet quelques renseignements ; en voici le résultat. Il est faux...
Page l - Les Voleurs. Physiologie de leurs mœurs et de leur langage. Ouvrage qui dévoile les ruses de tous les fripons, et destiné à devenir le vade-mecum de tous les honnêtes gens. Paris, l'auteur, chez tous les libraires et les marchands de nouveautés, 1830, 2 vol.
Page 481 - Ces empiriques , dont l'instruction est purement traditionnelle, et qui jurent par les paroles du maître, au™; 7fv, comme les disciples de Pythagore, avaient besoin d'une langue non entendue de leurs dupes pour se comprendre. Comme ils ne savent pas le latin , ils ont donc pris le louable parti de se créer un dialecte , au moyen duquel ils écrivent leurs oracles , et soutiennent de longues conversations. Je ne citerai , pour indiquer cette langue d'exception, que quelques mots de son vocabulaire...
Page xiii - RESPONSE et complainte au grand Coësre sur le Jargon de l'argot reformé, avec un plaisant dialogue de deux Mions, par le Regnaudin Mollancheur en la Vergne de Miséricorde, composé par un des plus chenatres argotiers de ce temps. Paris, Jean Martin, i63o, petit in-ia, mar.

Informations bibliographiques