Études sur l'antiquité: précédées d'un essai sur les phases de l'histoire littéraire et sur les influences intellectuelles des races

Przednia ok³adka
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Spis tre¶ci

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 208 - Il donna à la lumière le nom de Jour, et aux ténèbres le nom de Nuit : et du soir et du matin se fit le premier jour.
Strona 251 - Avouez-le, tout change; et depuis quelques jours On vous voit moins souvent, orgueilleux et sauvage, Tantôt faire voler un char sur le rivage, Tantôt, savant dans l'art par Neptune inventé, Rendre docile au frein un coursier indompté.
Strona 36 - XIV siècles et fables de La Fontaine rapprochées de celles de tous les auteurs qui avaient, avant lui, traité les mêmes sujets, précédées d'une notice sur les fabulistes par AG Robert, conservateur de la Bibliothèque de Ste-Geneviève.
Strona 217 - C'est moi qui fais mourir, et c'est moi qui fais vivre; c'est moi qui blesse, et c'est moi qui guéris, et nul ne peut rien soustraire à mon souverain pouvoir.
Strona 216 - II est inutile d'entrer dans une longue et pédanlesque dissertation. Qui ne reconnaît ici la forte saveur de la poésie primitive? Écoutez le chant de menace, prononcé dans le désert : « Dieu vous a trouvés dans une contrée déserte (dit Moïse au peuple rebelle), « Dans une solitude d'effroyables hurlements; « II a enveloppé, élevé, conservé son peuple, « Comme la prunelle de son œil; « Comme l'aigle surveille son nid, plane sur ses petits...
Strona 214 - Quand Juda se couche, il dort comme un lion, comme une lionne que personne n'oserait éveiller. Celui qui te bénira sera béni lui-même, et celui qui te maudira sera regardé comme maudit. » Comparez l'hymne original : « II dévore les peuples ses ennemis; « Écrase leurs os, les perce de ses fléches ; « S'agenouille, se couche comme un lion, comme une lionne.
Strona 214 - Elles sont comme des vallées couvertes de grands arbres, comme des jardins le long des fleuves, toujours arrosées d'eau, comme des tentes que le Seigneur lui-même a affermies, comme des cèdres plantés sur le bord des eaux.
Strona 353 - ... d'effroi et d'envie sur les orages qu'il vient de quitter, et qui ont blanchi d'écume sa pourpre consulaire. Les terreurs et les espérances de ce cœur irritable et vraiment artiste, font une partie de son génie. Avant de le juger sérieusement, vous vous êtes surpris à l'aimer. Il serait injuste d'ailleurs de le soumettre à une sentence rigide, de ne voir en lui que l'homme d'action, l'homme politique, le compagnon de César, de Catón et de Pompée.
Strona 142 - Quant aux volontés souveraines De celui qui fait tout, et rien qu'avec dessein, Qui les sait, que lui seul ? Comment lire en son sein? Aurait-il imprimé sur le front des étoiles Ce que la nuit des temps enferme dans ses voiles?
Strona 225 - Thus having spoke, the illustrious chief of Troy Stretched his fond arms to clasp the lovely boy. The babe clung crying to his nurse's breast, Scared at the dazzling helm and nodding crest. With secret pleasure each fond parent smiled, And Hector hasted to relieve his child; The glittering terrors from his brows unbound, And placed the beaming helmet on the ground. Then kissed the child, and, lifting high in air, Thus to the gods preferred a father's prayer: "O thou!

Informacje bibliograficzne