Études sur les beaux-arts en France et en Italie, Volume 2

Front Cover
J. Renouard, 1864 - Art
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 373 - Si, après une période de dédain excessif, il y avait justice dans une certaine mesure à réhabiliter de nos jours les pastorales de Watteau et même à la rigueur les bergeries de Boucher , ce serait commettre une profanation peut-être, et certainement se donner un ridicule, que de prendre au sérieux les Apôtres et la Nativité de l'un, ou la Sainte Famille de l'autre. Sans répudier au fond ces traditions vicieuses en honneur depuis le commencement du siècle , la peinture religieuse , vers...
Page 100 - J'ay veu ailleurs des maisons ruynées, et des statues et du ciel, et de la terre : ce sont tousjours des hommes. Tout cela est vray ; et si pourtant ne sçauroy revoir si souvent le tombeau de cette ville, si grande et si puissante, que je ne l'admire et révère.
Page 51 - On a vu qu'à l'époque de la régence et pendant les premières années du règne de Louis XV, la peinture de paysage n'était plus pratiquée dans notre école qu'en vertu de règles arbitraires, et par les moyens les plus contraires aux sérieuses conditions de l'art. Les peintres en renom, voués...
Page 212 - A coup sûr, dans cet ordre de travaux comme ailleurs, bien des différences se font sentir, résultant de la mode et des influences régnantes ; bien des variations de goût, de style et de pratique, donnent à chaque groupe d'œuvres sa signification particulière et sa date. Que l'on ne s'y méprenne pas toutefois, ces œuvres diffèrent sans se contredire. Les témoignages d'une pénétration singulière, une intelligence profonde de la physionomie et du caractère des modèles, l'expression...
Page 65 - ... les décharges de l'artillerie devinrent l'accompagnement nécessaire de tout feu d'artifice en Italie, et, le succès de ces innovations s'étant répandu dans toute l'Europe, il s'ensuivit dans l'art de la pyrotechnie une révolution dont l'honneur appartient à Vernet, et qu'il est juste de lui restituer, si mince et si secondaire qu'il soit. » — On ne trouve cependant dans les Livres de raison, ni le nom de Ruggieri, — l'éternel Ruggieiï, — ni celui de Torre.
Page 390 - ... qui ont eu à s'acquitter de tâches analogues ont paru en étudier de plus près les conditions , il appartient à M. Flandrin d'avoir l'un des premiers donné l'exemple et d'avoir contribué autant que personne à déterminer ce progrès. Les peintures de Saint-Séverin achevèrent de mettre en faveur un talent déjà connu et apprécié, mais que le succès n'avait récompensé jusque-là qu'avec une certaine réserve et sous la forme d'un encouragement conditionnel. En attribuant de nos jours...
Page 65 - C'est lui qui s'avisa de doubler le volume de cette gerbe de feu et d'ajouter à la girandola primitive un nombre de fusées devenu aujourd'hui traditionnel. En outre, comme il manquait, suivant son expression, « une basse » à ce concert de détonations, il voulut que le canon en fît...
Page 294 - Delaroche a produit pendant son v. jage en Italie n'a vu le jour jusqu'ici. Ces portraits de camaldules, exécutés avec une rare finesse, appartenaient à M. le comte de Feltre, qui les a légués au musée de Nantes, où ils se trouvent aujourd'hui. la direction des Beaux-Arts que subir certaines conditions qui auraient mutilé son œuvre (1). A plus forte raison, lorsqu'il...
Page 190 - David, était à la tribune , où il balbutiait quelques paroles sourdes qu'il cherchait, mais en vain , à opposer à la fureur de plusieurs de ses collègues acharnés à le faire décréter d'accusation. Il était pâle, et la sueur qui tombait de son front roulait de ses vêtements jusqu'à terre , où elle imprimait de larges taches. Etienne...
Page 100 - Me trouvant inutile à ce siècle, je me rejette à cet autre, et en suis si embabouiné que l'état de cette vieille Rome, libre, juste et florissante (car je n'en aime ni la naissance, ni la vieillesse) m'intéresse et me passionne. Par quoi je ne saurais revoir si souvent l'assiette de leurs rues et de leurs maisons, et ces ruines profondes jusques aux Antipodes, que je ne m'y amuse.

Bibliographic information