Œuvres. Guillaume Tell. Précédé de la vie de l'auteur par Jauffret

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 38 - Nisa n'est heureuse qu'autant qu'elle est subjuguée; son âme a tellement besoin d'être remplie, qu'elle aimerait plutôt une poupée que de ne rien aimer du tout. Généreuse et noble jusqu'à la profusion, jalouse du mérite des autres femmes, inconstante dans tous ses goûts et oubliant aussi vite les injures que les services 3.
Page 110 - Profitant ensuite d'un moment de calme, aussi rapide que l'éclair, il tourne de la proue à la poupe , contient la barque dans la direction qui seule peut la sauver , fait prendre les rames à deux seuls rameurs, dont il dirige les efforts, et s'avance, malgré les vents , malgré les flots et la tempête, vers le détroit qu'il veut repasser.
Page 126 - Alors je me fis conduire à l'appartement de mon oncle, qui était sorti. Fâché de ne trouver personne, je demandai où logeait la nouvelle femme de mon oncle. On me mena à sa porte, à laquelle il n'y avait point de clef : je frappe, j'entends une petite voix féminine qui crie : « Qui est là? — Moi , repris-je. — Qui, vous? — Le neveu de mon oncle », répondis-je de la meilleure foi du monde. Sur-le-champ la porte s'ouvre, et une petite femme me saute au cou avec un transport de joie...
Page 128 - Pardonnez-moi, madame, lui dis-je, car vous boitez beaucoup. — Mon neveu, c'est que je suis boiteuse. — Ah ! c'est différent. Voilà mon premier compliment à ma nouvelle tante. Elle n'était pas mal de figure, elle n'était pas sans esprit, et don Lope avait assez d'amitié pour elle ; mais elle avait un fonds d'aigreur et d'impatience dans le caractère qui la faisait souvent disputer ; elle était coquette avec tous les hommes, et méchante avec toutes les femmes ; grande caresseuse, les...
Page 112 - Alpes, quand il se repose auprès des nuages, et qu'il promène ses yeux perçants sur les troupeaux des vallons. Le gouverneur, étonné, pousse un cri de fureur, de rage. Il commande aussitôt qu'on débarque, et que ses soldats dispersés environnent de toutes parts le roc où il voit le héros. On obéit; les archers descendent et préparent déjà leurs arcs. Gesler, qui marche au milieu d'eux, veut que leurs flèches réunies s'abreuvent toutes du sang de Guillaume.
Page 24 - Elle était grande, bien faite, bonne, assez bien de figure. Elle portait dans ses yeux tout l'esprit qu'elle avait, et personne n'en eut un plus juste et plus fin : elle était tendre, compatissante, toujours prête à tout sacrifier à la personne qu'elle aimait, mais quelquefois impérieuse et exigeante ; voilà les deux seuls défauts que ma reconnaissance pour elle m'a permis de voir.
Page 109 - Gesler frémit à cette parole. Sa haine violente pour Tell combat dans son âme pusillanime l'amour même qu'il a pour la vie ; il hésite encore, il ne répond point ; mais les prières , les murmures...
Page 108 - Nous sommes perdus, dit-il ; il n'est plus en notre puissance de contenir au milieu des flots la barque emportée par le vent du nord, qui dans un instant, va la briser en pièces contre les rochers du rivage. Un seul homme, le plus renommé, le plus habile de nos trois Cantons dans l'art de braver les tempêtes du lac, peut nous sauver de la mort. Cet homme est ici; le voilà! le voilà chargé de tes chaînes! Choisis, Gesler, choisis promptement entre le trépas ou sa liberté.
Page 27 - Véga pour soutenir cette importance, le regardaient et l'écoutaient, Lope se plaisait à causer avec un enfant. La première question qu'il me fit, fut si je savais beaucoup de choses. — Oui, monsieur, lui dis-je, je sais l'Iliade et le blason.
Page 143 - ... ma tante, qui fut attaquée dans ce moment de la poitrine, et n'en devint qu'un peu moins aimable : comme cette maladie donne de l'humeur, et qu'elle ne laissait pas d'en avoir beaucoup contre moi, elle eut la charité de m'accuser auprès de mon oncle de lui avoir cassé un vaisseau. Le fait était que ma tante chantait et voulait que je l'accompagnasse avec ma mandoline ; ma malheureuse mandoline était un peu haute à la vérité, et comme je...

Bibliographic information