Œuvres complètes d'Horace, de Juvénal, de Perse, de Sulpicia, de Turnus, de Catulle, de Properce, de Gallus et Maximien, de Tibulle, de Phèdre et de Syrus

前表紙
Charles Nisard
Firmin-Didot et cie, 1883 - 819 ページ
 

レビュー - レビューを書く

レビューが見つかりませんでした。

ページのサンプル

多く使われている語句

人気のある引用

372 ページ - Enéide est trop connu pour m'y arrêter. Quant à Ovide, les détails infinis et minutieux où il affecte d'entrer dans la lettre qu'il fait écrire par Ariadne à Thésée, détruisent tout ce que la passion de cette malheureuse princesse a d'intérêt et de véhémence. Elle se rappelle trop ce qui lui est arrivé pendant son sommeil; elle s'occupe trop des monceaux de sable qui retardent ses pas, des épaisses broussailles dont le sommet de la montagne est couvert, de l'écueil menaçant et escarpé...
371 ページ - ... fonctions même les plus viles ; ses royales mains se seraient volontiers abaissées à étendre un drap de pourpre sur le lit de son amant, et à lui verser sur les pieds une eau fraîche et pure. Mais elle s'aperçoit que ses...
214 ページ - Le riche at-il une affaire qui l'appelle, il vole à travers la foule qui s'écarte, porté sur la tête de ses grands Liburniens. Chemin faisant, il lit, il écrit, il dort : une litière close provoque le sommeil. Pourtant il arrive avant nous. Nous avons beau nous presser ; arrêtés par le flot qui précède, nous sommes accablés par celui qui suit. L'un me heurte du coude, l'autre d'un ais qu'il porte sur l'épaule : ma tête, frappée par une poutre, va donner contre une cruche...
18 ページ - Lalium , et les mères des rois barbares , et les tyrans sous la pourpre : ils tremblent que ton pied dédaigneux ne fasse écrouler l'édifice de leur grandeur, qu'un peuple révolté ne coure aux armes, n'appelle, aux armes les citoyens trop longtemps paisibles , et ne brise leur pouvoir. Devant toi marche l'inexorable Nécessité , dont les mains de bronze portent les énormes clous , les coins do la torture , le croc terrible et le plomb fondu.
371 ページ - ... encore que tout le reste des hommes , lorsqu'elle pense à tous les maux qu'il lui a rendus pour tout le bien qu'elle lui a fait. Elle l'a servi contre son propre frère ; elle l'a arraché d'entre les bras de la mort , elle a brisé , pour le suivre, tous les liens qui l'attachaient à une famille adorée; et pour prix de tant de bienfaits et de tant de sacrifices Thésée l'abandonne; il l'abandonne dans une plage sauvage et déserte; il la laisse exposée à la rage des bêtes féroces; il...
370 ページ - Etonnée de se voir seule à son réveil, Ariadne pâle, tremblante , éperdue, se précipite vers les bords de la mer, d'où elle aperçoit Thésée, fuyant sur un navire que les vents, trop favorables, avaient déjà poussé à une grande distance du rivage. A cet aspect , elle ne se meurtrit point le sein , elle n'éclate point en reproches, elle ne verse point de larmes, elle demeure sans voix et sans mouvement. Le poète...
33 ページ - ... au-dessus des mépris et des affronts; ce n'est pas le vent de la faveur populaire qui lui donne ou lui enlève les faisceaux. La vertu ouvre le ciel aux hommes dignes de l'immortalité ; elle leur fraie des routes inconnues , et son aile fuit avec dédain la fange où rampe le vulgaire. Il est aussi pour le silence fidèle un prix assuré : je ne veux pas coucher sous le même toit , ni monter sur le même navire , avec celui dont la bouche a divulgué les mystères de Gérés. Jupiter outragé...
368 ページ - L'amour se fait sentir également aux deux sexes ; mais les deux sexes ne sentent ni n'expriment point l'amour de la même manière : c'est à celui que la nature a fait timide et sensible, faible et délicat, de passer des fureurs aux défaillances, et des excès de l'emportement aux excès de la faiblesse. Aucun poète chez aucune nation ne s'avisera jamais de prêter à un amant trompé , trahi , abandonné , le langage d...
327 ページ - Lors donc qu'un vil peuple sent fermenter sa bile, aussitôt le cœur te porte à enchaîner le flot séditieux, en étendant majestueusement la main. Que diras-tu ensuite? « Romains , cela , je pense , n'est pas juste ; ceci est mal , cela est mieux. » Car enfin, tu sais, la balance en main, peser la Justice en son double et mobile bassin; tu distingues le droit du courbe, lors même que l'erreur vient de la règle au pied tors ; et tu peux marquer le crime du noir thêta 4.
269 ページ - Chaque dieu dînait seul, leur foule n'était pas si nombreuse qu'aujourd'hui; et le ciel content de quelques divinités pesait moins sur les épaules du malheureux Atlas. Nul n'avait encore obtenu par le sort le triste gouffre de l'Océan ; le farouche Pluton ne régnait point avec sa Sicilienne ; il n'y avait ni roue, ni furie , ni rocher ; point de vautour acharné sur sur sa proie ; les enfers, sans tyrans, se peuplaient d'ombres heureuses.

書誌情報