Œuvres complètes de Eugène Scribe: Comédies, vaudevilles

Front Cover
E. Dentu, 1878 - 369 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 209 - Germont, (à Delmar.) Monsieur est de la maison ? Delmar. Je suis le propriétaire ; et si ce n'étaient les services que M. Rémy m'a rendus, il ya longtemps que je lui aurais donné congé. Sophie. Et pourquoi donc ? Delmar. Pourquoi, mademoiselle ? parce que je ne peux pas dormir, parce qu'on m'éveille toutes les nuits. La nuit dernière encore, deux équipages qui s'arrêtent à ma porte, et l'on frappe à coups redoublés. "N'est-ce pas ici le célèbre docteur Rémy ? on le demande chez un...
Page 189 - À toi je peux te le confier. Eh bien, oui, je suis amoureux, et sans espoir. Delmar. Sans espoir ! laisse donc : c'est quand les médecins n'en ont plus, que cela va toujours à merveille. Rémy. Le père est un riche propriétaire, M. Germont. Delmar. M. Germont, de Montpellier! nous voilà en pays de connaissance. Il a ici à Paris une nièce, madame de Melcourt, chez laquelle je suis reçu, et qui me parle souvent de son oncle, un original sans pareil, qui tient à la gloire et à la réputation,...
Page 230 - Oui, mon ami ; et encore le libraire ne voulait pas me le donner. Mais c'est l'ouvrage de mon gendre, lui ai-je dit ; je veux l'avoir, je l'aurai, dût-il m'en coûter cent écus. Votre gendre ! m'at-il répondu en ôtant son chapeau.
Page 187 - Comme tu dis, les déjeuners jouent un grand rôle dans la littérature ; c'est comme les dîners dans la politique. De nos jours, combien de réputations et de fortunes enlevées à la fourchette ! Je sais bien que nos chefs-d'œuvre valent à peu près ce qu'ils nous coûtent. Mais on en a vu qui duraient huit jours ; quelques-uns ont été jusqu'à quinze ; et quand on vit un mois, c'est l'immortalité, et on peut se faire lithographier avec une couronne de laurier. Rémy. Et tu es heureux ? Delmar....
Page 233 - Lorsque l'on vante à tous propos Les savants et leur modestie, La conscience des journaux, Les travaux de l'Académie, Les nymphes du Panorama, Les beaux effets du magnétisme, La clémence du grand pacha, La morale de l'Opéra, Encore du charlatanisme! RONDON. Des noces j'observe parfois Les brillantes cérémonies; Et je me dis, lorsque je vois L'air content des bonnes amies, Des parents le ton doctoral, Et du maire le pédantisme, De l'époux l'air sentimental, Et...
Page 191 - Rémy.) Apprends donc, et mon ami Rondon te le dira, que, dans ce siècle-ci ce n'est rien que d'avoir du talent. Rondon. Tout le monde en a. Delmar. L'essentiel est de le persuader aux autres, et pour cela il faut le dire, il faut le crier. Rondon. Monsieur at-il composé quelque ouvrage ? Rémy.
Page 192 - Rémy. Non, vraiment. Rondon. C'est égal, on le dira de même. Delmar. Cela encouragera les autres! et puis, j'y pense, il ya une place vacante à l'Académie de médecine de Paris. Rondon. Pourquoi ne vous mettez-vous pas sur les rangs? Rémy. Moi ! et des titres ? Delmar. Des titres ! à l'Académie ! c'est du luxe. As-tu adopté quelque innovation, quelque système 1 Pourquoi n'entreprends-tu pas l'Acupuncture?
Page 223 - Il ne s'agit pas de cela, Monsieur, mais de mon oncle à qui l'on a tout dit, et qui va lui-même courir aux informations chez M. Derbois, conseiller, qui connaît tous les médecins de Paris ; il va partir dans l'instant, car il a même fait demander un fiacre. DELMAR. Un fiacre! c'est bon; nous avons du temps à nous; vite l'Almanach des vingt.cinq mille adresses.
Page 227 - C'est vrai. Delmar. Elle peut encore, par la suite, te faire augmenter ; tandis que, si tu avais refusé de la servir, si tu y avais mis de la mauvaise volonté... Tu sais ce que peut le ressentiment d'une femme. Rondon, (ployant et déchirant son article.) Oui, sans doute ; mais ce que j'en fais dans cette occasion, c'est plutôt pour toi que pour elle, car, s'il faut te parler à cœur ouvert, j'ai découvert que ce docteur était mon rival. Delmar. Vraiment? Rondon. Il vient m'enlever un très-beau...
Page 196 - DELMAR. Ah ! il n'est pas de Paris ? RONDON. Non; mais il vient s'y fixer; un homme immensément riche, qui aime les arts, qui les cultive luimême , et qui ne serait pas fâché d'avoir pour gendre un littérateur distingué et un bon enfant; et je suis là. DELMAR. C'est cela, te voilà marié, et tu ne feras plus rien. AIR de la Robe et les Bottes.

Bibliographic information