Œuvres complètes de Laplace: Mémoires extraits des recueils de l'Académie des sciences de Paris et de la Classe des sciences mathématiques et physiques de l'Institut de France. 1891-98

Front Cover
Gauthier-Villars, 1898 - Astronomy
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 139 - T qui dans ces équations exprime le rapport de la masse de Saturne à celle du Soleil, ou plus exactement à la somme des masses de Jupiter et du Soleil, il faudra la supposer égale au rapport de la masse du Soleil à la somme des masses de la Terre et de la Lune, c'està-dire, à cause de la petitesse de la masse de la Lune à l'égard de celle de la Terre, simplement égale au rapport de la masse du Sol'eil à celle de la Terre; ce qui revient encore, comme l'on voit, à substituer le Soleil...
Page 465 - Si l'on imagine un fluide très rare qui, en s'élevant à une pelile hauteur, enveloppe la Terre entière et ses montagnes ; ce fluide prendra un état d'équilibre, et j'ai fait voir dans le tome cité, que les points de sa surface extérieure seront tous également élevés au-dessus de la mer. Les points intérieurs des...
Page 366 - Calcul différentiel a reçue par la considération des différentielles partielles. La langue de l'Analyse, la plus parfaite de toutes, étant par elle-même un puissant instrument de découvertes, ses notations, lorsqu'elles sont nécessaires et heureusement imaginées, sont les germes de nouveaux calculs.
Page 483 - Pour cela , j'ai réduit en séries de sinus et de cosinus d'angles croissans proportionnellement au tems , l'expression génératrice des forces lunaires et solaires sur l'Océan. Chaque terme de la série peut être considéré comme représentant l'action d'un astre particulier qui se meut uniformément et à une distance constante , dans le plan de l'équateur.
Page 421 - Sciences le \ août 1818. une figure peu différente de celle qu'elle prendrait en vertu des lois de l'équilibre, si, la mer cessant de la recouvrir, elle devenait fluide; 4° La profondeur de la mer est une petite fraction de la...
Page 484 - Quant au temps de la transmission de l'action de la Lune, j'ai reconnu, par l'ensemble des phénomènes célestes, que l'attraction de la matière se transmet avec une vitesse incomparablement supérieure à la vitesse même de la lumière. Il faut donc chercher une autre cause du retard dont il s'agit. J'ai...
Page 480 - J'ai choisi, dans chaque équinoxe et dans chaque solstice , les trois syzygies et les trois quadratures, les plus voisines de l'équinoxe et du solstice. Dans les syzygies, j'ai pris l'excès de la haute mer du soir sur la basse mer du matin du jour qui précède la syzygie , du jour même de la syzygie, et des quatre jours qui la suivent ; parce que la haute mer arrivé vers le milieu de cet intervalle.
Page 469 - ... durée de la rotation soit d'un jour ou de cent mille secondes décimales, elle sera diminuée de deux secondes par la diminution d'un degré dans la température de l'espace. Si l'on étend cette conséquence à la Terre, et si l'on considère que la durée du jour n'a pas varié, depuis Hipparque, d'un centième de seconde, comme je l'ai fait voir par la comparaison des observations avec la théorie de l'équation séculaire de la Lune, on jugera que, depuis cette époque, la variation de la...
Page 468 - J de celle de l'eau commune, et qui, comprimée par une colonne verticale de sa propre substance, égale à la millionième partie du demi-axe terrestre, augmente en densité de 5,5345 millionièmes de sa densité primitive, on satisfait à tous les phénomènes que je viens de citer. L'existence d'une telle substance est très admissible et il y en a vraisemblablement de pareilles à la surface de la Terre.
Page 486 - Il faut donc attendre de nouvelles observations, pour l'obtenir avec une grande probabilité de ne se tromper que' de quantités très-petites. Le rapport des actions de la lune et du soleil sur la mer, corrigé de l'effet des circonstances locales, est important à connoître, en ce qu'il détermine les coefficiens de la nutation terrestre , de l'inégalité de la précession des équinoxes , et de l'équation lunaire du mouvement du soleil. Newton et Daniel Bernoulli avoient déduit ce rapport...

Bibliographic information