Œuvres complètes de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais: Correspondance

Front Cover
L. Collin, 1809
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 52 - Pourtant, messieurs, quel est votre objet en publiant de telles sottises? quand j'ai dû vaincre lions et tigres pour faire jouer une comédie, pensez-vous, après son succès, me réduire, ainsi qu'une servante hollandaise, à battre l'osier tous les matins sur l'insecte vil de la nuit?
Page 10 - dans trente ans on rira des critiques de ce temps-ci, comme on rit des critiques de ce temps-là. Quand elles étaient bien amères, on les nommait des Philippiques. Peut-être un jour quelque mauvais plaisant coiffera-t-il celles-ci du joli nom de Mirabelles, venant du comte de Mirabeau, qui mirabilia feril...
Page 111 - Je n'aime pas que dans vos réflexions philosophiques, vous regardiez la dissolution du corps comme l'avenir qui nous est exclusivement destiné ; ce corps-là n'est pas nous; il doit périr sans doute , mais l'ouvrier d'un si bel assemblage aurait fait un ouvrage indigne de sa puissance, s'il ne réservait rien à cette grande faculté à .qui il a permis de s'élever jusqu'à sa connaissance ! Mon frère, mon ami, mon Gudin, s'entretient souvent avec moi de cet avenir incertain; et notre conclusion...
Page 143 - ... en tirer, ce qui vous apprendra, si vous ne le savez déjà, jusqu'où vous pouvez enchérir. « Puisque mon badinage ne vous a pas déplu, recevez l'assurance la plus sincère d'un oubli total du passé. Faites une salle à manger de mon antique sacristie, j'y accepterai avec joie un repas civique et frugal. Grâce à la révolution, personne n'est plus humilié de n'en offrir que de ce genre, et nous sommes tous enrichis de ce qu'elle a retranché aux dépenses de vanité qui nous appauvrissaient...
Page 9 - Rochefoucauld qui, à leur apparition, causèrent plus d'un scandale, et sur la dernière partie du règne de Louis XIV et le commencement de celui de Louis XV...
Page 124 - En général, je ne suis point l'ami des notes étendues et très -multipliées : c'est un ouvrage dans un ouvrage, qui les amoindrit tous les deux. Un des secrets de l'art d'écrire, en matière sérieuse surtout , est , selon moi , le beau talent de réunir dans le sujet qu'on traite , tout ce qui tend à renforcer sa consistance; l'isolation des notes en affaiblit l'effet.
Page 91 - ... la jalousie, que la rue était pleine de monde : alors le désir insensé de sauter par la fenêtre s'est éteint à l'instant où j'allais m'y jeter. Je suis descendu, en tremblant, dans la cuisine au fond de la cour; et regardant par le vitrage , j'ai vu la porte enfin s'ouvrir. Des habits bleus, des piques, des gens en veste sont entrés : des femmes criaient dans la rue. Le domestique est revenu vers moi pour chercher beaucoup de chandelles, et m'a dit d'une voix éteinte : «Ah! c'est bien...
Page 83 - Mais quand la foule est arrivée, le bruit, les cris étaient si forts, que mes amis troublés ne m'ont pas permis de descendre, et m'ont conseillé tous de sauver au moins ma personne. « Pendant qu'on bataillait pour l'ouverture de mes grilles, ils m'ont forcé de m'éloigner par le haut bout de mon jardin ; mais on y avait mis un homme en sentinelle qui a crié : Le voilà qui se sauvel Et cependant je marchais lentement.
Page 84 - ... bataillait pour l'ouverture de mes grilles, ils m'ont forcé de m'éloigner par le haut bout de mon jardin; mais on y avait mis un homme en sentinelle qui a crié : le voilà qui se sauve! et cependant je marchais lentement. Il a couru par le boulevard avertir...
Page 74 - Inde colères , indè querelles , indè pillages tolérés, indè tous ces écrits sur l'égalité prétendue en faveur de ceux qui n'ont rien contre tous les gens qui -possèdent ; ce qui mérite l'attention des surveillants que nous avons choisis : comme si, à leur tour, ces pillards ne devaient pas être pillés par ceux qui suivraient leur exemple! comme si un cercle de destructions pouvait servir de base à l'harmonie de la civilisation, à la liberté d'aucun peuple ! Pesons la paix, M.

Bibliographic information